Actu : le salon du livre « Écritures et spiritualités » du 1/12 a pour thème « Le Chant de la terre »

Chemins divers, quête commune.

L’association « Écritures et spiritualités » (remarquer les pluriels) qui organise sont salon biennal ce dimanche au collège des Bernardins n’a pas toujours porté ce nom. Il y a une dizaine d’années encore, elle s’appelait, depuis sa fondation en 1977, « Association des Écrivains croyants d’Expression Francophone ». Et a successivement été présidée par Olivier Clément, France Quéré, Roger Bichelberger, Élise Fischer et Christophe Henning avant que Karima Berger ne mette comme condition à son accord un nom ne comportant pas le terme de « croyant », les écrivains musulmans ne pouvant, même s’ils portent le souci d’une quête spirituelle, se dire « croyants » face à leurs coreligionnaires. C’est ainsi qu’est né « Écritures et spiritualités », ce qui a l’avantage de manifester une ouverture à tous les horizons spirituels, qu’ils soient monothéistes ou non.

Le thème du salon qui se tient le dimanche 1er décembre est « Le Chant de la terre » dans la mesure où la spiritualité contemporaine ne peut plus se vivre en dehors du souci de notre maison commune, de toute la création. Tout est désormais relié au point que l’expression d’« écologie spirituelle est presque un pléonasme » ainsi que le souligne Marc Bouriche, qui est en contact avec la centaine d’auteurs qui sera présente.

Des auteurs qui viennent de tous les horizons et qui écrivent dans tous les styles. De l’essayiste qui est arrivé là en surfant sur internet au poète qui a eu vent de l’association par un ami en passant par le romancier qui a été repéré par cette dernière, les chemins sont variés. Mais ils sont tous en quête d’une réalité qui les dépasse, un indicible vers lequel la littérature joue le rôle de l’échelle de Jacob : un moyen pour s’en rapprocher. On est loin du matérialisme et du consumérisme qui ont désormais montré plus que leurs limites dans la mesure où on est désormais arrivé à la date de péremption.

L’association est sans cesse restée à l’écoute des aspirations de l’époque. On en trouve une preuve supplémentaire dans le fait qu’après les attentats de 2015 a été créé un salon destiné à la jeunesse. S’il est désormais jumelé avec le salon classique pour des raisons logistiques, il garde sa spécificité avec un coin réservé pour les animations à destination des enfants et des adolescents. C’est donc un salon pour tous les publics et dans lequel on trouve toutes sortes d’écritures, de celle engagée religieusement à celle que son auteur estime sous-tendue par une conviction spirituelle, qui se tiendra brièvement ce dimanche après-midi au collège des Bernardins.

Pierre FRANÇOIS

Salon du livre « Écritures et spiritualités », avec pour thème « Le Chant de la terre ». Dimanche 1er décembre de 14 heures à 18 h 30 au collège des Bernardins, 20, rue de Poissy, 75005 Paris, https://www.ecrituresetspiritualites.fr/. L’esprit de l’association est particulièrement bien exprimé dans le texte de François Cheng, président d’honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *