Théâtre : « Il y aura la jeunesse d’aimer », de Louis Aragon et Elsa Triolet au Lucernaire à Paris.

Femme sacrée, homme pessimiste de devoir. « Il y aura la jeunesse d’aimer » est une suite de texte d’Aragon et d’Elsa Triolet construits pour montrer comment une histoire – leur histoire – d’amour naît, s’épanouit et se transforme définitivement. Ils sont apparemment lus – puisque les comédiens sont assis derrière pupitres et micros – mais en…

1809TetesDeChien203x147x72DpiPhotoCollectiftoetma

Musique : « Faces cachées », par « Les Têtes de chien » au théâtre de Ménilmontant, à Paris.

Tradition cachée. Les « Têtes de chien » sortent un nouvel album en même temps qu’ils donnent une série de concerts. Ces derniers consistent en cinq dates réparties sur novembre et décembre au Théâtre de Ménilmontant, à Paris. Si le répertoire, habituel chez eux, est celui des comptines traditionnelles, ils ont décidé de mettre en valeur le…

1712PortraitFilipForgeau147x72DpiPhotoPierreFrancoisDSCF6041

Théâtre : Appel à faire respecter la parole de l’État.

Crédibilité des institutions. Ci-joint le texte intégral du communiqué de presse envoyé par Filip Forgeau suivi de la liste des premiers soutiens. Bien entendu, ces colonnes sont ouvertes à une réponse de la part des personnes et institutions mises en cause. Par contre, tout ce qui s'éloignera d'une réponse factuelle aux questions posées – notamment celles qui…

Théâtre : « Marco Polo et l’hirondelle du Khan », d’Éric Bouvron au théâtre La Bruyère, à Paris.

Politique amoureuse. « Marco Polo et l'hirondelle du Khan » vient après le succès des « Cavaliers », adaptés de Joseph Kessel. On s'attend donc à un spectacle équilibré et fin. Que nenni ! Il s'agit de la rencontre imaginée entre Marco Polo, Kublai Khan (petit fils de Ghengis Khan) et la femme, jusque là fidèle, de ce dernier. L'auteur…

1602TheatreLeCid220TheatreMichelPhotoPierreFrancoisDSCF3505VG

Théâtre : « Le Cid » de Corneille au Théâtre Michel à Paris.

L'assassin de papa « Le Cid » reste une tragi-comédie, même si Corneille, devant les critiques, en gomma partiellement la drôlerie dans sa version de 1648. La troupe du Grenier de Babouchka lui restitue cette dimension. Un roi bouffon aux bégaiements hilarants, une infante ayant une conscience aiguë de son rang, des parents moins sages que leurs…