Livres : « La Fille qui aimait les nuages », suivi de « L’Impératrice rouge » et « Le Royaume de Nina » aux éditions Gope.

L’Asie et Paris. « La fille qui aimait les nuages » est une suite de trois « micro-romans », comme l’indique la couverture, et c’est bien cela. De romans d’espionnage. Ils se lisent facilement et vite. L’auteur fait avancer le lecteur au rythme de son écriture sans fioritures inutiles. Aucun adjectif n’est de trop, aucune introspection n’est de mise…

Théâtre : le spectacle continue (2).

Gérard Rouzier, qui donne « L’Évangile de saint Jean » depuis des dizaines d’années ou a dernièrement joué (dans le désordre) « Charles de Foucauld », « Van Gogh » ou « Le Cinquième évangile », sans oublier la direction artistique d’une « Etty Hillesum » a-t-il arrêté ses activités théâtrales avec le confinement ? Il a failli. Mais il se trouve que parallèlement aux pièces…

Actu : le salon du livre « Écritures et spiritualités » du 1/12 a pour thème « Le Chant de la terre »

Chemins divers, quête commune. L’association « Écritures et spiritualités » (remarquer les pluriels) qui organise sont salon biennal ce dimanche au collège des Bernardins n’a pas toujours porté ce nom. Il y a une dizaine d’années encore, elle s’appelait, depuis sa fondation en 1977, « Association des Écrivains croyants d’Expression Francophone ». Et a successivement été présidée par Olivier…

Livres : « Nouvelles fantasmafictioniriques », de Patrice Obert aux Éditions La Lampe de Chevet

Innocence. Quand on lit les premiers textes du recueil « Nouvelles fantasmafictioniriques », on se dit que, tiens, Patrice Obert s’attaque au genre érotique. Et que c’est plutôt réussi dans la mesure où il parvient à garder la bonne distance entre le descriptif et l’allusif, passant régulièrement de l’un à l’autre en douceur. Quand est-on dans le…

Poésie : Zygmunt Blazynsky reste dans les cœur

Aux abonnés absents. Zygmunt Blazynsky est parti. Pour toujours. Celui qui répondait « avec un t, comme tonnerre » quand on lui demandait comment se terminait son prénom a fini par faire le grand saut. On le savait malade. Mais surtout, on le savait comme personne de sorte que l’annonce de sa mort a surpris même si…