Théâtre : Appel à faire respecter la parole de l’État.

Crédibilité des institutions.
Ci-joint le texte intégral du communiqué de presse envoyé par Filip Forgeau suivi de la liste des premiers soutiens.
Bien entendu, ces colonnes sont ouvertes à une réponse de la part des personnes et institutions mises en cause.
Par contre, tout ce qui s'éloignera d'une réponse factuelle aux questions posées – notamment celles qui ont été soulignées par la Rédaction – sera coupé : la langue de bois n'a pas sa place ici.
À la suite de la liste des soutiens actuels est placé un lien permettant de signer une pétition placée sur change.org dans la mesure où il semble que le ministère de la culture soit plus sensible, au moment des choix budgétaires, aux bruits de grosse caisse plutôt qu'à la qualité et à la délicatesse d'un travail…
Pierre FRANÇOIS

Pour que la parole de la Direction Générale de la Création Artistique donnée il y a un an concernant le reconventionnement de la Compagnie du Désordre  soit aujourd’hui respectée !
Comment la parole de l’État promettant à un artiste de le reconventionner pour 3 ans peut-elle se transformer en un déconventionnement après un simple prolongement d’un an ?
Comment la reconnaissance, puis la promesse d’accompagnement d’un artiste peut-elle se solder par la mise sous silence d’un poète qu’on bâillonne, par une voix singulière qu’on fait taire ?
Comment un comité d’experts peut-il expertiser la demande de reconventionnement d’une compagnie théâtrale sans avoir vu un seul de ses spectacles ?
Comment peut-on porter un regard objectif sur un travail, juger de son évolution et embrasser une démarche artistique – car c’est bien de cela qu’il s’agit – en la méconnaissant, voire en l’ignorant ?
Et comment un artiste peut-il être confronté, quasiment dans le même temps, à un comité d’experts qui le déjuge, tandis que l’État l’honore en le nommant chevalier des Arts et des Lettres, pour finalement le sanctionner ?
Face à l’ensemble de ces contradictions, nous ne pouvons que nous interroger aujourd’hui sur la parole et sur la continuité d’action de l’État à l’égard de la Cie du Désordre, et dénoncer son attitude.
Nous ne pouvons en aucun cas envisager que la parole de Mme la Directrice Générale de la Création Artistique ne puisse être mise en application. Il en va de la responsabilité et du bon fonctionnement de l’État – dans une période où sa crédibilité, aux yeux des citoyens que nous sommes tous, est indispensable – et de la nature des rapports entre le Ministère et les artistes.
Au vu de tous ces éléments, et afin que soit tenue la parole de l’État énoncée par la DGCA, nous sollicitons le cabinet du Président de la République et celui de la Ministre de la Culture en demandant officiellement le reconventionnement de la Cie du Désordre en administration centrale, ou le financement – sur la même base budgétaire – du projet triennal d’éducation artistique et culturelle qui nous a été demandé.

Filip Forgeau & La Cie du Désordre


LISTE DES PREMIERS SOUTIENS À LA CIE DU DÉSORDRE


Patrick Bloche, Député de Paris, Président puis membre de la Commission des Affaires Culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée Nationale ;
Marie-George Buffet, Ancienne Ministre, Députée de la Seine Saint-Denis, Vice-Présidente puis membre de la Commission des Affaires Culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée Nationale ;
Pierre Laurent, Sénateur de Paris, Membre de la Commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication du Sénat ;
Michel Vergnier, Ancien Député de la Creuse et Maire de Guéret ;
Richard Madjarev, ancien Drac adjoint du Limousin, ancien Président des Conseillers théâtre, action culturelle, cinéma ;
Jean-Claude Sénéchal, Ex-conseiller pour le théâtre, le cinéma, le multimédia et le développement territorial/DRAC Poitou-Charentes ;
Antonio Diaz-Florian, directeur du Théâtre de l’Épée de Bois, metteur en scène, comédien ;
Bérénice Gulmann, ancienne directrice des Instituts Français d’Istanbul, d’Antananarivo et d’Agadir ;
Marcos Malavia, directeur de l’Escuela Nacional de Teatro de Santa Cruz/Bolivie, auteur, metteur en scène, comédien ;
Muriel Roland, coordinatrice pédagogique de l’Escuela Nacional de Teatro de Santa Cruz/Bolivie et comédienne ;
Pierre Banos, Éditeur, directeur des éditions Théâtrales, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Université Paris Ouest Nanterre) ;
Alain Kremenetsky, Délégué général d’Europe de la Mémoire ;
Féodor Atkine, comédien ;
Monique Blin, co-fondatrice du Théâtre des Amandiers/Nanterre, co-fondatrice et ancienne directrice du Festival International des Francophonies en Limousin, co-fondatrice et ancienne présidente de l’Association « Écritures Vagabondes », directrice de la manifestation « Écritures en partage », membre du Comité des Sages du CA du Théâtre du Peuple de Bussang, membre de l’association « Compagnie Jean-Claude Berutti », membre honoraire de l’Espace Libre/Montréal ;
Franck-Éric Retière, directeur du Théâtre du Briançonnais/Scène conventionnée et Pôle régional de développement culturel de Briançon ;
Francis Aïqui, directeur de l’AGHJA/Scène conventionnée d’Ajaccio, auteur et metteur en scène ;
Laurent Klajnbaum, responsable communication & webmaster ;
Didier Kerckaert, directeur du Théâtre Octobre et de l’Espace Les Tisserands/Lomme, metteur en scène, comédien, professeur d’art dramatique au Conservatoire de Valenciennes et ancien responsable pédagogique de l’École Supérieure d’Art Dramatique de la Région Hauts de France ;
Jean-Paul Tribout, Président du collège dramatique de l’ADAMI, comédien, metteur en scène et directeur artistique du Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat ;
Daniel Mesguich, comédien, metteur en scène, auteur, ancien directeur du TGP/CDN de Saint-Denis, du Théâtre National de Lille et du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique/Paris ;
Véronique Widock, metteure en scène et directrice du Théâtre Le Hublot/Colombes ;
François Rancillac, metteur en scène et directeur du Théâtre de l’Aquarium/Paris ;
Hugues Bachelot, fondateur des Rencontres de Chaminadour et directeur de collection aux Éditions Gallimard ;
Christian Dussot, Adjoint au Maire et chargé de la culture et des équipements culturels de la Ville de Guéret ;
Ricardo Montserrat, écrivain, auteur dramatique et scénariste pour le cinéma ;
Pascal Papini, ancien co-directeur du Théâtre du Grand Marché/Centre Dramatique de l’Océan Indien, actuel directeur du Théâtre Jules Julien/Toulouse et responsable pédagogique du Conservatoire de Théâtre de Toulouse ;
Philippe Flahaut, metteur en scène, directeur de La Fabrick/Millau et du Centre d’Art Dramatique pour comédiens différents ;
Alain Barsacq, metteur en scène, ancien co-directeur du Centre Dramatique National de Béthune et actuel directeur du Théâtre de l’Atalante/Paris ;
Eugène Durif, auteur et comédien ;
Karelle Prugnaud, metteure en scène et comédienne ;
Denis Imbert, auteur-réalisateur ;
Marie-Pascale Grenier, comédienne ;
Yves-Robert Viala, comédien ;
Olivier Seveon, auteur et expert des CE et des CHSTC ;
Gilbert Le Guillou, ancien directeur de la MPT de Kerfeunten/Quimper ;
Lionel Parlier, comédien, metteur en scène, enseignant d’art dramatique ;
Monique de Montrémy, Éditrice, directrice des éditions Les Cygnes ;
Lolita Monga, auteure, metteure en scène et directrice du Théâtre du Grand Marché/Centre Dramatique de l’Océan Indien ;
Jean-Paul Farré, comédien et metteur en scène
Jean-Claude Paréja, fondateur et ancien directeur de Très Tôt Théâtre/Scène conventionnée de Quimper ;
Éric Correia, Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Guéret et Conseiller régional Aquitaine-Limousin-Poitou/Charentes en charge de la culture ;
Tchéky Karyo, acteur ;
Jean-Claude Dreyfus, acteur…
Pour ajouter votre nom à la liste et signer la pétition : http://chn.ge/2ABt9vs

Photo : Pierre Francois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>