AlbrechtDürerMains147x72Dpi1508

Méditation : « Dieu aussi a son enfer, c’est son amour des hommes. » (Nietzsche)

Il paraît que, pour Nietzsche, l’enfer de Dieu, c’est son amour pour les hommes. De notre côté du mur mitoyen qui sépare le monde fini de l’infini, notre enfer, c’est l’existence du mal aveugle (injustice, malformations, catastrophes naturelles…). Cet enfer-là est-il dû à notre incapacité, à notre péché, à des fautes morales de notre part ?…

Théâtre : « Antigone 82 », d’après « Le Quatrième Mur » de Sorj Chalandon au Théâtre de l’épée de bois, à Paris.

Incarnation réussie. Mais qu'est-ce que ces étudiants attardés viennent faire sur le plateau de ce théâtre ? Voilà la première réflexion qui vient à l'esprit lorsque les comédiens – car ce sont eux – arrivent sur scène. Autant dire que l'incarnation des personnages est exceptionnelle, y compris lorsque apparaissent – joués par les mêmes comédiens –…

Théâtre : « La Ronde » d’Arthur Schnitzler.

Déni de sentiments, par Clara. Cinq hommes et cinq femmes jouent la comédie de la séduction. Une fois l'acte consommé, le couple se défait et chacun repart dans sa course interminable au plaisir. Fortement inspiré du film de Max Ophuls – réalisé en 1950 – la mise en scène est volontairement rétro alors que le…

1804Theatre7DUnCoup147x72DpiPhotoPierreFrancoisDSCF0733

Théâtre : « 7 d’un coup », de Catherine Marnas d’après les frères Grimm au Théâtre Paris Villette, à Paris.

Adaptation réussie. « 7 d’un coup » est un spectacle frais inspiré du conte « Le vaillant petit tailleur » des frères Grimm. Tout à fait adapté au jeune public, il montre comment un souffre-douleur se retrouve respecté sans comprendre pourquoi et par hasard. Les dialogues du héros avec sa conscience et ses peurs inconscientes sont légers et drôles…

1808TheatreLeMarchandDeVenise147x72DpiTNOPhotoPierreFrancoisDSCF5941

Théâtre : « Le Marchand de Venise », de Shakespeare au Théâtre du Nord-Ouest.

Shakespeare dans son jus. « Le Marchand de Venise » est une pièce rarement jouée, Shakespeare y apparaissant comme antisémite, une notion ici anachronique eu égard à la perception que l’on pouvait avoir de cette réalité à l’époque. Était-ce une raison suffisante pour jouer la pièce « dans son jus »  et surjouer le personnage de Shylock en mimant (caricaturant?)…