Théâtre : « La Mégère apprivoisée », de William Shakespeare, adaptée et mise en scène par Frédérique Lazarini à l’Artistic Théâtre, à Paris.

Pas tant que cela.

« La Mégère apprivoisée » est-elle une pièce encore jouable « dans son jus ». C’est que sous l’apparence d’une revendication égalitaire, elle consacre la place prépondérante de l’homme dans le couple. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec « Le Marchand de Venise », tout aussi difficile à présenter au public contemporain pour une autre raison.

Est-ce pour ce motif que l’équipe de l’Artistic Théâtre a décidé d’interpréter la pièce à la lumière du de « la comédie italienne au cinéma des années 50 – 60 qui elle aussi traite de la critique sociale de façon bouffonne et avec une insolence de ton » ? Sans doute, puisque c’est ce qui est annoncé par le dossier de presse. Le seul souci réside dans le fait que si la chose paraît claire dans l’esprit des interprètes, elle ne correspond pas à ce que l’on ressent en voyant le spectacle.

La pièce est agréable à voir, le rythme est bon et enlevé, le caractère bouffon est là et traité sans excès, les dialogues entre Bianca à l’écran (la seconde fille qui n’aura le droit de se marier que quand la première – la mégère – le sera) et son soupirant sur scène possède une force encore accrue par le cadrage de la caméra. On rit régulièrement de ce qui ressemble par moments à un pastiche réjouissant, même si on reste perplexe devant la façon dont l’espace est occupé. C’est bien joué et le divertissement est amusant, mais le sens de la mise en scène échappe quelque peu au spectateur, d’autant plus que les projections d’extraits de films du milieu du XXe siècle – et spécialement les publicités – ne paraissent pas critiquer la société d’une façon évidente. Au contraire, elles provoquent au mieux une réaction de rejet d’une société encore très patriarcale, au pire une incompréhension.

Faut-il alors jeter le bébé avec l’eau du bain ? Pas forcément, du moins pour ceux qui privilégient dans une pièce sa dimension de divertissement bien joué.

Pierre FRANÇOIS

« La Mégère apprivoisée », de William Shakespeare. Adaptation et mise en scène : Frédérique Lazarini assistée de Lydia Nicaud. Avec sur scène Sarah Biasini, Cédric Colas, Pierre Einaudi, Maxime Lombard, Guillaume Veyre et, à l’écran, Charlotte Durand-Raucher, Didier Lesourd, Hugo Petitier, Jules Dalmas. Scénographie et lumières : François Cabanat. Costumes : Dominique Bourde assistée d’Emmanuelle Ballon. Réalisation du film : Bernard Malaterre. Le mardi à 20 h 30, mercredi et jeudi à 19 heures, vendredi à 20 h 30, samedi à 17 heures et 20 h 30, dimanche à 17 heures à l’Artistic Théâtre, 45 bis, rue Richard Lenoir, 75011 Paris, tél. 01 43 56 38 32, www.artistictheatre.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *