Théâtre : «Le Corbeau Blanc».

Chez les critiques dramatiques, une collègue versifie pendant les spectacles : Béatrice Chaland. Elle a la bonté de nous fournir régulièrement les poèmes publiés sur son site : https://bclerideaurouge.wordpress.com. Paraissent ici les spectacles qu’elle a notés au moins 3 / 5, surtout pendant les festivals d’Avignon, histoire de nous faire oublier que nous en sommes privés cet…

Théâtre : «Le Souper».

Chez les critiques dramatiques, une collègue versifie pendant les spectacles : Béatrice Chaland. Elle a la bonté de nous fournir régulièrement les poèmes publiés sur son site : https://bclerideaurouge.wordpress.com. Paraissent ici les spectacles qu’elle a notés au moins 3 / 5, surtout pendant les festivals d’Avignon, histoire de nous faire oublier que nous en sommes privés cet…

Théâtre : « La Mégère apprivoisée », de William Shakespeare, adaptée et mise en scène par Frédérique Lazarini à l’Artistic Théâtre, à Paris.

Pas tant que cela. « La Mégère apprivoisée » est-elle une pièce encore jouable « dans son jus ». C’est que sous l’apparence d’une revendication égalitaire, elle consacre la place prépondérante de l’homme dans le couple. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec « Le Marchand de Venise », tout aussi difficile à présenter au public contemporain pour une…

Festival : Futur composé, millésime 2018.

Festival biennal. Le « Futur composé » est un festival déjà connu de nos lecteurs. Il met sur scène ou accroche aux cimaises les talents de personnes marginalisées par l’autisme, principalement. Cette année, on retrouve le spectacle habituel au Théâtre des variétés – cette fois-ci sur Jeanne d’Arc – ainsi que l’exposition Zig zag color. Même si…

Théâtre : « Chagrin pour soi », de Sophie Forte et Virginie Lemoine au Théâtre La Bruyère à Paris.

Étude psychologique hilarante. « Chagrin pour soi » est un divertissement rondement mené qui fait rire à partir du thème de la séparation amoureuse. Tous les états par lesquels passe la personne délaissée (dans la pièce, la femme) sont inventoriés avec autant d’humour que de cruauté. Et on rit, on rit, sans doute parce qu’émotion et poésie…