Théâtre : « Les Rivaux », de Richard Brinsley Sheridan à l’artistic Théâtre, à Paris.

Burlesque et réaliste.
« Les Rivaux » est une pièce qui se présente presque comme à l'époque de son écriture : décor sous forme de draperies mobiles dans la tradition du théâtre de tréteaux et costumes historiques prêtés par l'Opéra de Paris qui n'ont que trente ans de décalage avec la création de la pièce. Ce qui a le plus bougé est sans doute le texte dont le style aurait été inadapté à notre monde contemporain qui requiert vivacité et fluidité dans les échanges. C'est là que le travail de traduction se révèle plus fidèle à l'esprit décalé maniant sans cesse le « wit and humour »* inspiré du burlesque shakespearien des premiers temps en évitant le mot à mot.
Si l'on a un peu de mal au début à réaliser qui aime qui et qui trompe qui, le rythme est sans faille et participe bien à un jeu des réparties proche du vaudeville. Les sentiments exprimés sont assez nuancés pour faire oublier que chaque personnage est relativement univoque (la maîtresse romantique, la tante précieuse et revêche, le père autoritaire et gaffeur, la servante fausse et intéressée…). Les quiproquos arrivent parfois comme des surprises, mais sont aussi souvent prévisibles du fait des circonstances. Même quand on pressent un dénouement – que le duel n'aura pas lieu, par exemple – il y a dans l'enchaînement des événements une telle inventivité qu'il ne se passe pas cinq minutes sans rire.
Certes, cette pièce est principalement un divertissement, mais dans la mesure où elle est inspirée de la vie même de son auteur – Sheridan, un Irlandais qui vécut de 1751 à 1816 et compléta son activité d'homme de théâtre par un engagement politique – qui vécut lui-même à Bath et eût à se battre en duel pour épouser sa fiancée, on y trouve aussi dépeinte la nature humaine sous un jour qui peut laisser songeur, une fois le rire passé…
Pierre FRANÇOIS
« Les Rivaux », de Richard Brinsley Sheridan. Traduction et adaptation de Sylviane Bernard Gresh et Frédérique Lazarini. Avec Alix Bénézech, Cédric Colas, Charlotte Durand-Raucher, Philippe Lebas, Thomas le Douarec, Bernard Malaterre, Willy Maupetit, Sylvie Pascaud, Catherine Salviat sociétaire honoraire de la Comédie-Française, Marc Schapira. Mise en scène : Anne-Marie Lazarini. Mardi à 20 heures, mercredi et jeudi à 19 heures, vendredi à 20 h 30, samedi à 16 h 30 et 20 h 30, dimanche à 16 heures à l'Artistic théâtre, 45, rue Richard-Lenoir, 75011 Paris, métro Voltaire.
* l'esprit et l'humour.

Photo : Marion Duhamel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>