Théâtre : « L’Espèce humaine », de Robert Antelme au Théâtre de l’opprimé, à Paris.


Enfer humanisé.
La scène s’ouvre sur une tablée de quatre hommes. L’un d’eux entame la lecture d’un livre ouvert. On devine à peine que l’on est dans une répétition de théâtre. Cette impression s’estompe vite. On rentre tout de suite dans le grave. Quatre acteurs, quatre voix pour dire l’horreur…
Nous voilà plongé dans l’univers concentrationnaire, déshumanisant, terrifiant des camps de travail pendant la Seconde Guerre mondiale. Du narrateur, on sait très peu, on devine par la candeur de certains moments du récit qu’il est jeune. Les mots SS, kapo, arbeit, martelés de manière répétitive, plantent le décor, froid, cassant, inhumain.
La mise en scène est sobre, le décor quasi inexistant, une cafetière trône au loin, on y accorde peu d’importance. Cette sobriété nous rend davantage audible le texte dont chaque mot vient frapper sur la corde sensible de nos émotions pour nous donner de rejoindre ces hommes, nous ne sommes plus que spectateurs.
Le texte nous saisit à la gorge, nous faisant pénétrer dans cet univers où la faim, le froid sont les principales obsessions de ces hommes et nous plongeons avec eux dans cet enfer.
L’intensité émotionnelle est palpable ! La salle silencieuse, rit quelquefois là où l’humain reste encore perceptible.
La musique vient comme un amplificateur de ce conduit émotionnel.
Dans « L’Espèce humaine » des hommes se battent pour garder leur identité d’homme alors qu’ils sont rabaissés à l’animalité au travers de ce corps qui les trahit… et c’est la force de cette résistance qui est desservie par ce texte brillant et salvateur, et une interprétation sobre, mais juste.
Lydia
« L’Espèce humaine », de Robert Antelme (éditions Gallimard). Avec Geoffroy Barbier, Hervé Laudière, Rafael Perichon, Thierry Verin, Christian Roux ou Vincent Martin. Mise en scène : Claude Viala. Du mercredi au samedi à 20 h 30, dimanche à 17 heures du 5 au 16 janvier au Théâtre de l’opprimé, 78, rue du Charolais, 75012 Paris, Métro Reuilly-Diderot, Gare de Lyon, Daumesnil, tél. +33 1 43 40 44 44, réservations : theatredelopprime.mapado.com, http://www.theatredelopprime.com/evenement/esphum-jan/

Photo : Pierre François.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *