Théâtre : « Mesure pour mesure », librement adapté de Shakespeare par Arnaud Anckaert en tournée.

À contre.
« Mesure pour mesure » est une pièce de Shakespeare. En principe. Et il est connu que toutes les œuvres du grand Will comportent un rôle de bouffon dont les répliques ne brillent pas toujours par leur finesse. Sauf que « Mesure pour mesure » qui date approximativement de 1604 se situe après « Hamlet » (entre 1598 et 1601) dans laquelle Shakespeare fait dire au rôle-titre « Que ceux qui jouent les bouffons n'en disent pas plus que ce qu'il y a dans leur rôle ; car il en est parmi eux qui rient eux-mêmes, pour faire rire un certain nombre de spectateurs obtus, au moment même où il faudrait faire attention à un point important de la pièce. C'est une friponnerie, et cela montre une bien pitoyable ambition chez le sot qui le fait. ». C'est précisément après cette dernière pièce que William Kempe, bouffon célèbre et associé de Shakespeare dans la troupe du théâtre du Globe, la quitte pour aller – notamment – faire en 1600 le trajet de Londres à Norwich (190 kilomètres) en dansant tout au long du chemin. Et si « Jules César » (vers 1599) ne comporte pas de rôle de bouffon, c'est parce que ce dernier n'avait pas été encore remplacé. Pourquoi alors, dans la création du Théâtre du prisme, partir dans une interprétation de farce grossière qui va à l'encontre de l'évolution historique ?
Pour le reste, les rôles d'Isabelle et du juge sont bien incarnés, ce dernier ayant un jeu qui se détache du lot. Quant aux autres rôles, mais c'est sûrement parce qu'il s'agissait de la deuxième représentation – donc celle de tous les dangers – on a eu l'impression que chacun jouait avec application sa partie sans qu'il y ait de liant ni de fluidité dans les dialogues.
Pierre FRANÇOIS
« Mesure pour mesure », librement adapté de Shakespeare par Arnaud Anckaert. Avec Chloé André, Alexandre Carrière, Roland Depauw, Pierre-François Doireau, Amélia Ewu ou Gaëlle Voukissa, Fabrice Gaillard, Maxime Guyon, Yann Lesvenan, Valérie Marinese, David Scattolin. Mise en scène :  Arnaud Anckaert. Le 8 mars au Manège de Maubeuge, du 26 au 29 mars à la Comédie de Béthune, du 2 au 4 avril à la Comédie de Picardie d'Amiens, le 6 avril au théâtre Romain Rolland de Villejuif, les 10 et 11 avril au théâtre Benno Besson d'Yverdon-les-bains, les 25 et 26 avril au Bateau feu de Dunkerque, le 21 mai à la Barcarolle d'Arques, les 23 et 24 mai au château d'Hardelot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>