Théâtre : « Le Dépôt amoureux, ça ira mieux demain », de et mis en scène par Camille Plazar au Théâtre des déchargeurs, à Paris.

Rééducation amoureuse.
« Le Dépôt amoureux, ça ira mieux demain » est une pièce d’une loufoquerie réjouissante. Elle commence par la chirurgie cardiaque d’un « cœur brisé » et se poursuit avec la vision de la progression des patients vers un monde tournant presque rond. L’humour y est permanent, l’analyse des ravages des ruptures est pertinente, les lumières sont expressives, de temps en temps un brin de chorégraphie épice le tout tandis qu’un zeste de mystère – quant à l’identité d’un des personnages – entretient l’attente du public. Rien n’a été oublié, même les costumes sont harmonisés avec l’aspect fantastico-rigolo de l’ensemble. Certaines tirades accentuent avec bonheur la poésie du texte. Peu importe alors que, lors des « sessions », l’on ait du mal à percevoir le propos ou que l’un des personnages – celui de l’importune mystérieuse – soit mieux incarné que les autres, car l’on passe une heure avec le sourire aux lèvres.
Pierre FRANÇOIS
« Le Dépôt amoureux, ça ira mieux demain », de et mis en scène par Camille Plazar. Avec Thomas Ailhaud, Gabriel Arbessier, Lorette Ducornoy, Anaïs Robbe, Léa Schwartz. Dimanche, lundi et mardi à 21 heures jusqu’au 25 octobre au Théâtre des déchargeurs, 3, rue des Déchargeurs, 75001 Paris, tél. : 01 42 36 00 50, https://www.lesdechargeurs.fr/spectacles/le-depot-amoureux/. Métro Châtelet, sortie rue de Rivoli numéros pairs ou Bertin Poirée ; RER Châtelet-les-Halles, sortie Porte Berger.

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *