Théâtre : « Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu », de Philippe Dorin, en tournée.

« Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu », c’est certes une pièce pour le jeune public. Mais c’est d’abord une ambiance. Légère, poétique, mystérieuse, rassurante. Rassurante, cela tombe bien dans la mesure où, l’air de ne pas y toucher, les comédiens présentent aux enfants l’énigme du grand saut dans l’inconnu que nous faisons tous, ayant réussi à remplir notre vie ou non.

Dans cette boîte noire qu’est la scène, on est convié à suivre l’imaginaire d’une enfant (« ici, ce serait une chambre », dit-elle en désignant un endroit vide) et de sa grand-mère, pourtant importunée par « une visite assez inopportune… une fâcheuse. », comme aurait dit Cyrano de Bergerac. Elle aussi parvient à la faire patienter, le temps de la pièce.

Une pièce qui multiplie, mais en les rythmant doucement, les moments d’étonnement. Parfois l’artifice est facile – la prestidigitation – et efficace, mais le plus souvent il dompte et canalise l’émotion à travers une forme insouciante et une belle langue pour parler de cette chose dite sérieuse, la vie, en somme.

La jeune comédienne est tout simplement époustouflante pour son âge et sa grand-mère également complètement crédible ; ce duo magnifique ferait presque oublier le visiteur indélicat qui finira par emmener l’adulte avec la délicatesse d’une danse.

Pierre FRANÇOIS

« Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu », de Philippe Dorin. Mise en scène : Julien Duval. Avec France Darry, Carlos Martin et, en alternance, Juliette Nougaret ou Camille Ruffié. Dès 8 ans au Théâtre Paris-Villette jusqu’au 1er novembre, tél. 01 40 03 72 23. Les 26 et 27 novembre à L’Empreinte (Brive-Tulle), 11 au 14 décembre à l’Espace culturel Larreko (Saint-Pée-sur-Nivelle), 16 et 17 décembre à la Salle Saint Louis (Saint-Palais), 8 janvier au Théâtre Ducourneau (Agen), 15 janvier au Parvis (Tarbes), 21 et 22 janvier au Gallia théâtre (Saintes), 27 et 28 janvier à la Maison de la culture (Bourges).

Photo : Pierre Planchenault.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *