Théâtre : « Othello », de William Shakespeare au Théâtre du Nord-Ouest, à Paris.

Réglages en cours (en juillet).
« Othello », au Théâtre du Nord-Ouest, est une pièce qui est en train de trouver ses marques, à la mi-juillet. En effet, on y discerne, déjà bien plus qu’en germe, tous les ingrédients qui font un beau spectacle. Le jeu est globalement bon, voire très bon chez les rôles féminins. Les comédiens sont en train de trouver leurs marques pour lui donner un bon rythme. Le seul réel problème concerne le passage de l’amour à la folie chez Othello. Ce soir-là, il s’est effectué sous la forme d’une augmentation du volume sonore. On comprend bien que le soupçon qui le ronge le pousse à des violences verbales (que son « ami » Iago pratique dès le début envers sa propre épouse, mais cela correspond à son personnage qui est, lui, sans évolution dans son caractère puisqu’il est pervers depuis le début). Du coup, le personnage d’Othello perd soudain en crédibilité, le spectacle de la violence prenant le pas sur son débat intérieur, sur la torture sentimentale qu’il s’inflige, même si elle est pourtant bien dite. C’était, ce soir-là, le seul réel problème, qui, à n’en pas douter, n’en sera plus un lorsque vous lirez ces lignes.
Pierre FRANÇOIS
« Othello », de William Shakespeare. Mise en scène et adaptation : Jean-Luc Jeener. Assistante : Juliette Bridier. Lumières : Jean-Luc Jeener, assisté d’Olivier Bruaux. Avec : Clara Beauvois, Olivier Bruaux, Jean-Pierre Colombies, Alexandre de Pardailhan, Fabrice Michal, Dan Morgenthaler, Rose Raguel, Michel Wyn. En alternance au Théâtre du Nord-Ouest, 13, rue du faubourg Montmartre, 75009 Paris, Métro Grand-boulevards, www.TheatreDuNordOuest.com, tél. 01 47 70 32 75.

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *