Théâtre : « Dans 5 heures, conversion d’un condamné », d’après les écrits de prison de Jacques Fesch au théâtre La Flèche, à Paris.

Inattendu.
Jacques Fesch, homme immature et sans caractère, tue un policier lors d’un braquage raté le 25 février 1954, est condamné à port le 6 avril 1957 et monte sur l’échafaud le 1er octobre de la même année. Ce qui n’est qu’un fait divers tragique devient une histoire exemplaire du fait que lors de son incarcération, l’homme se convertit et vit une expérience mystique telle qu’en 1987 le cardinal Lustiger introduit sa demande en béatification.
C’est ce dernier épisode que le spectacle « Dans 5 heures » retrace, se fondant exclusivement sur ses écrits de prison. Alors qu’il est des propos – notamment sur la souffrance – qu’il est possible de lire ou de dire pour soi, mais dont l’écoute entraîne le rejet, le comédien parvient à éviter cet écueil. Sa chorégraphie traduit par ailleurs parfaitement la violence des forces contradictoires qui s’agitent en lui. On croit au personnage et on ne voit pas le temps passer. Bref, c’est un spectacle à saluer et – surtout – à aller voir. À condition qu’il reste de la place, les représentations étant complètes un mois à l’avance…
Pierre FRANÇOIS
« Dans 5 heures, conversion d’un condamné », d’après les écrits de prison de Jacques Fesch. Collaboration artistique : Vincent Joncquez. Avec Fitzgerald Berthon. Regard complice pour la danse : Jann Gallois. Création lumière est sonore : Vincent Hoppe. Musique : Nils Frahm. Voix hors champ : Éric Devillers et Maxime d’Aboville. Samedi à 19 heures jusqu’au 10 décembre au théâtre La Flèche, 77, rue de Charonne, 75011 Paris, métro Charonne, Ledru-Rollin, Faidherbe-Chaligny. Tél. 01 40 09 70 40, info@theatrelafleche.fr, https://theatrelafleche.fr/la-saison/dans-5-heures/

Photo : CHRISTOPHE-RAYNAUD-DE-LAGE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *