Théâtre : « De l’ambition », de et mis en scène par Yann Rezeau à la Manufacture des abbesses, à Paris.

Déchirements.
« De l’ambition » remue des comportements stéréotypés et des idées préconçues pour tenter de discerner ce qui peut se cacher derrière. Tenter, car aucune réponse n’est imposée. Léa est-elle généreuse ou fait-elle tout pour séduire un mauvais garçon ? Cécile est-elle silencieuse par timidité ou pour cacher des désirs qu’elle refuse de s’avouer ? Parvaneh est-elle celle qu’elle affiche par conviction ou par solidarité avec son milieu ? Jonathan est-il rebelle ou peureux ? Eliott est-il inconsistant ou conciliateur ? Les réponses se trouvent sans doute dans un entre-deux qui lui-même ne dit pas tout de la réalité…
Certes, on a le sentiment d’une ou deux longueurs du fait que l’on a au début du mal à interpréter ce qui agite Cécile : cauchemar, hallucination, obsession ou désir intense ?
Mais on tient là une pièce bien structurée, qui part de la période lors de laquelle les pairs jouent un rôle essentiel – d’où la souffrance qui court tout au long de la pièce chez ceux qui voient le groupe se fracturer – au moment où chacun va – ou non – parvenir à une forme d’intégration sociale.
La temporalité y est très compréhensible et les personnages évoluent de façon crédible, tantôt lentement, tantôt par à coups. Leur interprétation est convaincante et l’on reconnaît en eux tel ou telle que nous avons pu croiser.
Pierre FRANÇOIS
« De l’ambition », de et mis en scène par Yann Rezeau. Avec Clara Baumzecer, Julian Baudoin, Gaia Samakh, Gabriel Valadon, Ines Weinberger. Du mercredi au samedi à 21 heures, dimanche à 17 heures jusqu’au 12 octobre à la Manufacture des abbesses, 7, rue Véron, 75018 Paris, tél. 01 42 33 42 03, www.manufacturedesabbesses.com

Photo : Pierre François.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *