Théâtre : « 10805 maux », de et mis en scène par Alexandre Cordier au théâtre Les Déchargeurs, à Paris.

Promesses.
Dire que « 10805 maux » est un travail un peu vert est exact, mais sans doute injuste. Techniquement, la pièce est loin d’être parfaite, c’est un fait. Des cris un peu trop fréquents, une mise en scène plus souvent sous forme de tableaux que d’une action qui se déroule et, mais c’est bien normal un jour de première, un passage en force.
Faut-il la bouder pour autant ? Non ! Car ce travail possède tous les germes d’un bon spectacle. Un thème rebattu – académisme ou artiste maudit – présenté sous une forme originale, une profondeur du texte au-delà de ses redites, un rythme qui est bien au rendez-vous, une authenticité des personnages, spécialement féminins…
Oui, tout est vraiment là pour déboucher sur une bonne pièce et ces jeunes comédiens sont – comme tout le monde dans le métier en ce moment – victimes de la double contrainte de devoir être prêts pour une date fixée d’avance et de disposer de très peu de temps pour rôder leur travail une fois devant le public. Cette pièce est donc à recommander à tous les fondus de théâtre et à ceux qui ont à cœur de découvrir des talents avant les autres.
Pierre FRANÇOIS
« 10805 maux », de et mis en scène par Alexandre Cordier. Avec Hugo Merck, Elsa Revcolevschi, Milena Sansonetti, Benjamin Sulpice. Du mercredi au samedi à 21 h 15 jusqu’au 28 mai au théâtre Les Déchargeurs, 3, rue des Déchargeurs, 75001 PARIS, tél. 01 42 36 00 02, https://www.lesdechargeurs.fr/spectacles/10805-maux/

Photo : Pierre François.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *