Théâtre : « Pôles », de Joël Pommerat, au Studio Hébertot, à Paris.

Interprétation magnifique.
S’il faut ne retenir qu’une chose au sujet de « Pôles », c’est que tous les comédiens sont parfaits dans leurs rôles. Tous excellents de vérité, aucun au-dessus ou en dessous des autres.
Pour le texte, c’est du Pommerat…
Le spectateur habitué à une évolution du genre tout paraît simple, tout se complique, mais tout a une solution (tragique ou non) sera désorienté. Par contre, le public qui aime être dérangé sera ravi.
De fait, le spectacle est un va-et-vient incessant entre passé et présent. Le spectateur voit des anti-héros (tenter d’) entrer en dialogue les uns avec les autres – à moins que ce soit avec une création de leur esprit fêlé – quand il ne se retrouve pas dans la tête de tel ou tel.
Quelles peuvent être les clefs de lecture de ce qui nous est montré ? Selon le metteur en scène, on peut y voir l’histoire d’une rencontre ou des variations sur la notion de la perte de mémoire. Sans doute peut-on compléter cette proposition par le fait qu’une personne absente du plateau est tellement encombrante que son fils veut se débarrasser d’elle et que, pourtant, elle continue à influencer la vie des vivants même après sa mort. Une partie du charme de la pièce est là : le spectateur est invité, lui aussi, à faire un travail d’interprétation…
Pierre FRANÇOIS
« Pôles », de Joël Pommerat. Avec Florence Marschal, Roger Davau, Tristan Godat, Cédric Camus, Loïc Fieffé, Samantha Sanson, Aurore Medjeber, Karim Kadjar ou Emilien Audibert. Mise en scène : Christophe Hatey. Du jeudi au samedi à 21 heures, dimanche à 14 h 30 jusqu’au 25 février au Studio Hébertot, 78 bis, boulevard des Batignolles, 75017 Paris. Tél. 01 42 93 13 04, réservations : contact@studiohebertot.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *