Théâtre : « Liza et moi, histoires de mères et de filles », de Sandrine Delsaux mis en scène par Sophie Thebault au Théâtre de la reine blanche, à Paris.

Féminin tragi-comique.
Que les hommes se rassurent : si « Liza et moi » (à bien distinguer de « Lisa et moi » qui a eu le succès que l’on sait d’août 2018 à janvier 2019 à l’Essaïon) est bien une histoire de relations et de transmission entre mères et filles, elle est accessible à tous.
Dès le résultat de l’échographie, la future accouchée se pose la question de savoir si elle sera une bonne mère capable de protéger sa fille. Cette tirade est la plus longue du spectacle et montre le parti pris qui prévaudra pendant toute la suite : poser des questions essentielles – qui peuvent se résumer dans la formule « pourquoi arrive-t-il toujours des choses aux femmes, aux filles, à notre époque ? » – tout en faisant rire.
La pièce est structurée en une série de courtes – voire très courtes – scènes, presque des sketches, qui mettent en évidence à chaque fois un des aspects de la relation compliquée qui unit les femmes accomplies à celles en devenir, puis les concurrentes. Si quelques-unes ont un caractère grave, la plupart – la visite de la mère qui arrive au mauvais moment, l’émission de télévision, l’incompréhension entre générations – font rire par la force de vérité qui se dégage de ces dialogues plus vrais que nature.
Le rythme est bon sans être trépidant : on a le temps de savourer chacune des situations. Le jeu est vivant, les personnages sont très crédibles alors même que chacune des comédiennes en endosse plus d’un et que les changements de costume se font presque à vue. Le décor n’est ni minimaliste ni exagéré : il sert le spectacle sans attirer inutilement l’attention. On émet juste une petite réserve, pour chicaner, à propos des lumières qui sont certes bien réparties, mais gagneraient à être un peu plus fortes.
Pierre FRANÇOIS
« Liza et moi, histoires de mères et de filles », de Sandrine Delsaux. Avec Sandrine Delsaux, Marthe Drouin, Marie Griffon en alternance avec Marine Vellet, Cécile Martin, Agnès Pichois, Catherine Piffaretti. Mise en scène : Sophie Thebault. Mercredi et vendredi à 21 heures, dimanche à 16 heures (représentations supplémentaires le 14 janvier à 14 h 30) jusqu’au 16 janvier au théâtre de la Reine blanche, 2 bis, passage Ruelle, 75018 Paris, M° La Chapelle ou Max Dormoy, tél. 01 40 05 06 96, reservation@scenesblanches.com, https://www.reineblanche.com/calendrier/theatre/liza-et-moi

Photo : Marie Darnis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *