Livre : « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté », par Jean-Christophe Sarrot et Paul Maréchal aux Éditions quart monde – les éditions de l’atelier

Croyances et réalité.

ATD Quart monde vient de rééditer son livre « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté ». Depuis 2014, cette association publie plus ou moins régulièrement ce titre. Les auteurs varient, mais l’esprit reste le même : passer à la moulinette des études scientifiques les affirmations que l’on peut entendre couramment au sujet des pauvres et de la misère en général. Dans l’édition 2020, revue et augmentée par rapport à la dernière (de 2017), ce sont Jean-Christophe Sarrot, journaliste à ATD Quart monde et Paul Maréchal, délégué général de l’association pour la France qui ont effectué la synthèse – un vrai travail de bénédictin – des études sur la question, regroupées autour de 131 questions elles-mêmes groupées autour de thèmes (21, allant des minima sociaux aux Rom en passant par les indicateurs économiques, par exemple…) classés sous deux parties : « les pauvres sont coupables » de leur malheur et « c’est bien beau, mais on ne peut pas faire autrement ».

Un avant-propos précise bien que « cet ouvrage n’engage que ses auteurs et ne reflète pas nécessairement les positions d’ATD Quart monde et des organismes partenaires et soutiens de cette édition ». Ils auraient bien du mal dans la mesure où les organismes en question vont de la CGT aux Apprentis d’Auteuil, de la Ligue de l’enseignement à l’Enseignement catholique et d’Oxfam France au Pacte civique, pour ne citer que ceux-là.

Cet inventaire à la Prévert indique déjà quel est le lectorat visé : celui des affamés de vérité qui veulent comprendre ce qui se cache derrière des affirmations parfois à l’emporte-pièce. Et ils sont servis dans la mesure où les réponses aux questions vont de « faux » à « vrai » en passant par « ce n’est pas si simple » ou « oui et non ». Bref, on est là dans un ouvrage bien loin, au moins dans sa forme, des affiches de l’exposition « Combattre la pauvreté, c’est combattre nos préjugés » qui, si elles ne sont pas binaires, ont le mérite de la simplicité. Ici, pas une phrase sans au moins deux renvois en note vers des études françaises ou internationales. Les auteurs réussissent ainsi le tour de force d’utiliser un vocabulaire clair et de manier la nuance qui explique comment les choses sont toujours plus complexes que leur apparence. Plus qu’un livre à lire d’une traite, il s’agit plutôt d’une somme – en seulement 270 pages, un autre exploit – à consulter à chaque fois que l’on a un doute sur un des thèmes associés à la pauvreté : emploi, sécurité sociale, famille, logement, immigration, climat… Et, pour le prix auquel il est vendu – six euros – c’est un investissement rentabilisé dès le premier usage !

Pierre FRANÇOIS

« En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté », par Jean-Christophe Sarrot et Paul Maréchal aux Éditions quart monde – les éditions de l’atelier, 270 pages, 6 €, ISBN 978-2-7082-4627-0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *