Théâtre : « Peer Gynt », d’Henrik Ibsen au Théâtre du Nord-Ouest, à Paris.

Quelles femmes !
Le « Peer Gynt » qui se donne en ce moment au Théâtre du Nord-Ouest est une première partie qui se termine à la mort de la mère. Si le rôle principal exprime un peu trop explicitement le caractère menteur naïf insouciant et sans foi de l’enfant, les rôles féminins sont tenus à la perfection. La mère qui connaît son fils par cœur, s’en désole et tente de le ramener à la raison sans cesser de l’aimer malgré tout. Mais aussi Solveig, qui parvient à manifester lors des quelques répliques qui sont les siennes dans cette partie une pureté sans naïveté au point qu’on a presque l’impression qu’elle médite ce qui lui arrive dans son cœur. La fille du roi des trolls est aussi fantasque et retorse que son père. Et enfin Ingrid, qui n’est pas loin de l’Elvire de « Dom Juan », et incarne à la fois la peine et la colère d’avoir été outragée. À signaler enfin, la scène de l’agonie de la mère tandis que Peer Gynt la confie à saint Pierre qui est jouée par les deux protagonistes, chacun selon sa trajectoire, d’une façon remarquablement juste.
Pierre FRANÇOIS
« Peer, Gynt », d’Henrik Ibsen. Adaptation et mise en scène : Nathalie Guilmard assistée de Ludivine Batail. Son : Octave Guichard. Avec : Aïcha Ameddah, Clara Beauvois, Antoine Ferrand, Frédéric Morel, Laura Tinel, Bruno Valayer, Jean-Baptiste Debost. En alternance au Théâtre du Nord-Ouest, 13, rue du faubourg Montmartre, 75009 Paris, métro Grands-boulevards, tél. : 01 47 70 32 75, www.TheatreDuNordOuest.com

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>