Théâtre : « The Servant », de Robin Maugham, au Théâtre de poche-Montparnasse à Paris, auréolé d’un Molière.

Clair-obscur, par David Westphal.
Le Théâtre de Poche Montparnasse propose une adaptation du célèbre roman de Robin Maugham « The Servant ». Ce titre cache une parabole du maître et de l'esclave, dont le théâtre classique chez Molière, Goldoni ou Marivaux s'est fait souvent le « serviteur ».
Le maître bien sûr n'est pas toujours celui que l'on croit…ou l'art et la manière de répondre par l'esprit à une injuste naissance au bas de l'échelle sociale.

Un jeune aristocrate paresseux, un rien amer et soulagé enfin d'accéder à un héritage bienvenu, entend donner à sa vie la couleur de l'oisiveté. Afin de contrevenir à tout ce qui pourrait nuire à son projet, il engage Barett, un serviteur zélé dont les talents multiples n'ont d'égal que les reflets noirs de son âme. Le maître, prisonnier de sa paresse, peu clairvoyant et imbu de sa supériorité de classe, ne décèle pas l'emprise que peu à peu son serviteur a sur lui.

Thierry Harcourt signe une mise en scène qui plonge le spectateur dans l'atmosphère des films noirs d'après guerre. Les personnages, dans des postures un peu typées, costumes chics et proprement taillés, évoluent dans une ambiance claire-obscure propice à la sourde manipulation qui s'installe.
La langue est précise, sans détour, les répliques ciselées font mouche et claquent comme autant de coups de fouet. L'humour est glacé et sophistiqué. le jazz soyeux choisi pour accompagner l'ensemble achève de nous donner cette atmosphère « so british ».

Le spectacle est porté par cinq comédiens dont Roxane Bret et Maxime d'Aboville. Ce dernier (lauréat du Molière 2015 du comédien dans un spectacle de théâtre privé) éclabousse de son talent la distribution. Sa justesse donne toute sa force et son climat dérangeant à cette adaptation. Sa noire présence rencontre celle, dynamique, fraîche et gouailleuse de Roxane Bret qui parvient à donner à ses deux personnages distincts une existence propre, ce qui n'est jamais simple au cœur d'un même spectacle. Ces deux acteurs – à suivre – créent par leur talent un bien modeste défaut à l'ensemble  : un léger déséquilibre dans la distribution. Ne vous laissez pas détourner par si peu et courez voir ce spectacle.
David Westphal
« The Servant », de Robin Maugham, traduction de Laurent Sillan. Mise en scène Thierry Harcourt assisté de Stéphanie Froeliger. Avec Maxime d'Aboville, Roxane Bret, Xavier Lafitte, Adrien Melin, Alexie Ribes. Lumières Jacques Rouveyrollis assisté de Jessica Duclos. Costumes Jean-Daniel Vuillermoz. Décor Sophie Jacob. Du mardi au samedi à 19 heures, dimanche 17 h 30 au Théâtre de poche-Montparnasse, 75, boulevard du Montparnasse, 75006 Paris, tél. : 01 45 44 50 21, www.theatredepoche-montparnasse.com.

Photo : Brigitte Enguerand

Une réflexion au sujet de « Théâtre : « The Servant », de Robin Maugham, au Théâtre de poche-Montparnasse à Paris, auréolé d’un Molière. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>