Théâtre : « Pascal Descartes » au Théâtre de poche-Montparnasse, à Paris.

Intellectuelle.
« Pascal Descartes » est une dispute philosophique entre ces deux géants de la pensée, écrite par Jean-Claude Brisville en 1985, avant Le Souper (1989) qui assura sa renommée. La pièce est portée par les Mesguich, père et fils, avec un talent comparable. Le parti pris est celui d'une mise en scène très classique : décor et costumes évoquant l'époque et la psychologie des personnages, maquillage outré, ton un tantinet déclamatoire…
L'opposition des caractères est aussi frontale que celle des convictions. Il faudrait être historien pour savoir si le jeune Pascal était aussi exalté et angoissé que la pièce le montre, face à un Descartes qui incarne la modération et le bon sens propre à ceux que l'âge a assagi. En effet, la pièce se situe alors que Descartes va partir pour Stockholm (où il mourra en 1650, douze ans avant Pascal), donc vers 1647, alors que l'aîné a 51 ans et son cadet 24.
Les fausses sorties sont nombreuses, entretenant le rythme du dialogue. Les références historiques et religieuses, notamment au jansénisme, aussi. On est clairement dans l'opposition entre la science qui permet de faire avancer la connaissance et la foi qui seule amène à la vérité sans se laisser distraire par les recherches sur la mécanique du monde. Autant le débat philosophique est dense et crédible – les comédiens sont de véritables bêtes de scène – autant le divertissement, et pas seulement pascalien, nous manque pour aider à faire passer un message quelque peu compact.
Pierre FRANÇOIS
« Pascal Descartes », de Jean-Claude Brisville. Avec et mis en scène par Daniel et William Mesguich. Du mardi au samedi à 21 heures, dimanche à 15 heures jusqu'au 23 juin au Théâtre de poche-Montparnasse, 75, boulevard du Montparnasse, 75006 Paris, tél. : 01 45 44 50 21, www.theatredepoche-montparnasse.com.

Photo : Brigitte Enguerand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *