Théâtre : « Bérénice paysages » au théâtre de Belleville, à Paris.

Intimité hors contexte, par Clara.
Le comédien, qui vient de sortir de scène, se retrouve seul dans sa loge. Il redit une seconde fois son texte, alors qu'il se prépare à retourner à la vie civile. On entre peu à peu dans l'univers de Jean Racine d'une manière lente et quelque peu déstabilisante. Il s'agit pourtant bien du texte de la pièce,  mais, présenté dans un tout autre contexte, il provoque des sentiments totalement différents.
Tandis que le comédien se démaquille, se laisse déconcentrer par son téléphone, des gestes totalement anodins de la vie moderne, le drame se joue en lui et hors de lui. Outre le fait que la mise en scène semble un peu artificielle (on ne comprend pas bien ses déplacements et les changements de lumières), il se dégage une atmosphère intimiste. L’intérêt de la pièce n'est donc pas dans l'histoire de Bérénice mais dans son appropriation par un comédien aux attitudes et gestes quotidiens. L'émotion est pourtant présente. La mise en scène est épurée et ses lumières sont maîtrisées. Voilà une pièce revisitée totalement inédite et étonnante, parfaitement réussie.
Clara
« Bérénice paysages », d’après Jean Racine. Adaptation et mise en scène : Frédéric Fisbach. Assistante à la mise en scène : Margot Segreto. Avec Mathieu Montanier. Scénographie : Charles Chauvet. Création lumière : Léa Maris. Du mercredi au samedi à 19 h 15, le dimanche à 17 h 30 jusqu'au 30 décembre au Théâtre de Belleville, 94, rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris, métro Goncourt ou Belleville, tél. 01 48 06 72 34, www.theatredebelleville.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>