Livre : « Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille », de Jean Ziegler, au Seuil.

Clair et radical, par Clara.
Jean Ziegler est un sociologue et écrivain altermondialiste connu pour son franc-parler. Sa parole est claire et concise. Dans chacun de ses livres, il donne des arguments et des exemples pour étoffer ses thèses.
Il a rencontré Che Gevara quand celui-ci s'est rendu à Genève. Jean Ziegler est allé le voir à l'hôtel et lui a demandé de pouvoir l'accompagner à Cuba pour participer aux guerres contre l'hégémonie américaine et les dictatures en Amérique latine. Alors Che Guevara lui aurait dit : « Tu es né dans cette ville… Le cerveau du monstre est ici. C'est dans cette ville que tu devras combattre… ce qui est bénéfique pour vous et pour nous ».
Originaire de Suisse, il s'est attaqué à son pays avec trois livres notables, qui lui ont valu de nombreuses menaces de mort :
– « La Suisse lave plus blanc » dénonce les banques suisses qui réalisent des bénéfices grâce au marché de la drogue en milliards de dollars chaque année,
– « Une Suisse au-dessus de tout soupçon » dévoile le côté obscur du secret bancaire et du compte à numéro, couvert par un discours de neutralité et de paix qui fait passer les banquiers suisses pour de pieux et inoffensifs philanthropes,
– « La Suisse, l'or et les morts » relate les relations des banques suisses avec l'Allemagne nazie.
Jean Ziegler est donc un des meilleurs connaisseurs du système bancaires et de ses rouages et ses livres sont tous à charge. « Le capitalisme expliqué à ma petite-fille » n'échappe pas à la règle. Présenté comme un dialogue, son but est pédagogique.
Il part de la définition même du mot, son étymologie, l'évolution du concept à travers l'histoire. Puis il explique les événements qui ont permis au capitalisme de proliférer sur toute la terre. Son exposé est rendu vivant par de nombreux exemples et des arguments simples à comprendre. Sa conclusion est péremptoire mais pleine d'espoir : le capitalisme est la cause des guerres et de la faim dans le monde. Il doit être éradiqué. Il propose ensuite des idées pour entrer en résistance contre le capitalisme.
En tant que rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation, il raconte son expérience et son impuissance. Il appuie également son argumentation sur la pensées philosophiques de Rousseau*, Proudhon, Marx, et le révolutionnaire Jacques Roux. Son propos engagé cherche à convaincre que le capitalisme est un monstre cannibale qui tue, que la recherche du profit ne sert qu'à accroître la misère et les inégalités et que le capitalisme épuise les ressources de la terre.
Sortir du capitalisme ne serait pas une utopie, mais elle nécessite une prise de conscience planétaire.
Jean Ziegler manie le verbe avec brio, loin des théories compliquées et ennuyeuses, ce petit livre concis atteint son but. On ne peut que s'indigner de l'injustice et de l'absurdité de notre monde contemporain.
 Clara
« Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille », de Jean Ziegler, aux éditions du Seuil, mai 2018.
*« Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire : ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le véritable fondateur de la société civile. Que de crimes, que de guerres, de meurtres, que de misères et d'horreurs n'eût point épargné au genre humain celui qui, arrachant ces pieux ou comblant un fossé, eût crié à ces semblables : gardez-vous d'écouter cet imposteur ; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne ». Discours sur l'origine et les fondements des inégalités parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>