Théâtre : « L’Abattage rituel de Gorge Mastromas », de Dennis Kelly au Studio Hébertot, à Paris.

Férocité.
« L'Abattage rituel de Gorge Mastromas » est une pièce forte et dynamique. Si l’on excepte le premier tableau qui nous entraîne dans une direction de farce avant de virer de bord brusquement – mais telle est l’écriture de l’auteur, que le metteur en scène a tenu à respecter – on est dans une tragédie moderne dont le héros funeste est un brave garçon qui a un jour réalisé que pour réussir dans cette société il faut mentir sans discontinuer ni vergogne. Il devient Danglars sans Monte Cristo pour l’arrêter. Mais qui est d’autant plus amoureux que la femme de ses pensées résiste à sa fortune…
« Bonté ou lâcheté ? » est le leitmotiv de la pièce à chaque fois qu’une action bonne est posée. Un soupçon permanent est posé face à tout acte d’apparence vertueuse. Symétriquement, la critique d’une société dans laquelle le mensonge est devenu la première valeur est aussi féroce que cette dernière. Les trois principes qui permettent au héros de cesser de survivre pour connaître la richesse sont « quand tu veux quelque chose, prends le », « la seule chose requise pour prendre ce que tu veux, c’est ta volonté absolue et ta faculté de mentir jusqu’au plus profond de ton cœur » et « l’efficacité du mensonge ne peut être compromise que par ton attachement aux conséquences de ton mensonge, donc ne pense jamais au résultat, assume à chaque instant d’être démasqué, embrasse chaque seconde comme si c’était la dernière ». À côté de ce personnage, dont notre société fabrique des clones à tire-larigot, « Le Prince » de Machiavel fait figure d’enfant de chœur…
Le jeu est efficace et très rythmé, on est entraîné dans ce tourbillon de mort sans avoir le temps de reprendre son souffle. Heureusement, ainsi que le dit la sagesse populaire, tout finit par se payer dans la vie… Car si le metteur en scène a choisi de monter cette pièce, c’est pour encourager nos contemporains à effectuer d’autres choix, des choix menant au bonheur.
Pierre FRANÇOIS
« L'Abattage rituel de Gorge Mastromas », de Dennis Kelly. Mise en scène : Franck Berthier. Avec Yannick Laurent, Amélie Manet, Marie-Caroline Le Garrec, Claire Ruppli, Adrien Guitton, Geoffrey Couët, Marion Feugère, José Corpas. 
Mardi, mercredi, samedi à 21 heures, dimanche à 17 heures jusqu’au 15 avril au Studio Hébertot, 78 bis, boulevard des Batignolles, 75017 Paris, métro Villiers ou Rome, tél. 01  42 93 13 04, www.studiohebertot.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>