Théâtre : « Gilles et Bérénice », exemple de ce que fait la compagnie « Attention fragile ».

Transposition vivante.
« Gilles et Bérénice », adaptation de « Bérénice » de Racine, commence par cette réplique surprenante « – J'ai fait ma première expérience tragique à l'âge de sept ans. ». Ce n'est pas le premier étonnement : en entrant sous le chapiteau, pas de bancs, juste une pelouse artificielle en pente de part et d'autre d'une vallée centrale. Il ne faut pas hésiter à s'installer très confortablement, même si c'est dans une position peu académique, car il n'est plus temps de chercher une meilleure posture aux deux tiers de la représentation, quand on se met à penser plus aux chairs qu'aux vers. En effet, le comédien – Gilles Cailleau, d'où le titre du spectacle – livre des passages entiers de la tragédie racinienne, d'une façon qui passe parfaitement. 
L'idée directrice du spectacle est conforme à ce que dit Racine dans sa préface à « Bérénice », justement : « La principale règle est de plaire et de toucher ». Les mouvements du cœur et les attitudes amoureuses étant les mêmes aujourd'hui comme en 1670, Gilles Cailleau n'a aucune peine à suggérer comment ce qui arrive à des princesses et des rois antiques peut être aussi le lot de jeunes hommes ou filles de Marseille. Et c'est là son coup de génie. Avec son talent de conteur, il entraîne l'auditeur dans les sphères intimes du doute, de la passion, du sacrifice accepté, de la lutte entre les impératifs du cœur et de la convention sociale. Avec son talent de comédien, il restitue comme s'il s'agissait d'un événement contemporain des tirades en alexandrins vieilles de presque 350 ans. Avec son talent de mime, il rend le propos aussi vivant que comique (ce qui est quand même un tout de force, s'agissant d'une tragédie). 
Voir cette pièce n'est ni un divertissement, ni un plaisir, c'est encore plus : une expérience.
Et « Gilles et Bérénice » n'est qu'un des spectacles offerts par la compagnie Attention fragile. Sans compter qu'un autre spectacle, sur la question des réfugiés, est déjà en gestation.
Pierre FRANÇOIS
www.attentionfragile.net

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *