Théâtre, festival d’Avignon off : « Blanc de blanc », par la Compagnie Ôbungessha au Théâtre transversal à 10 h 45 les jours pairs.

Muet d’admiration.
Comment parler de « Blanc de blanc » ? Sans texte – c’est du mime – et d’une épure toute asiatique – le comédien est japonais – ce spectacle invite à une attention aussi soutenue que créative et silencieuse. Au début de chaque mime, d’une durée d’environ dix minutes, le comédien en inscrit le thème à la craie sur le mur. C’est tout pour le texte. La suite est l’objet d’une complicité entre les mondes du créateur et du spectateur, invité à combler les interstices du récit gestuel. En effet, sauf lors du mime de la traduction des émotions qui est d’une limpidité absolue, tous laissent volontairement une part d’interprétation au spectateur. En entrant, on se dit que « ça passe ou ça casse » et, en sortant, on se demande comment cela pourrait casser tellement l’artiste a su créer la connexion avec son public.
Pierre FRANÇOIS
« Blanc de blanc », par la Compagnie Ôbungessha. Mise en scène, chorégraphie, interprétation : Shu Okuno. Musique : Jordane Tumarinson. Scénographie : Nanako Ishizuka. Lumières : Marika Nakasa. Costume : Michiko Kono. Conception visuelle : Chiho Ichikawa.
Du 29 juin au 21 juillet au Théâtre transversal, 10-12 rue d’Amphoux, 84000, Avignon à 10 h 45 les jours pairs. Durée : 1 heure. https://theatretransversal.com/?page_id=2295. Réservation : https://www.vostickets.fr/Billet/FR/representation-THEATRE_TRANSVERSAL-26647-0.wb?REFID=hYMQAAAAAAChAQ
Soutiens : ministère de la Culture du Japon, Nagoya Urban Institute, Rinnai Corporation.
Partenaires : Atelier Thierry Sigg, Centre National de Danse.

Photo : Tomokane Ayaka.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *