Livres : « Thomas Sauvin », avec un texte de François Durif, aux éditions de La Martinière, collection « Percevoir ».

Réception et complétion.
« Thomas Sauvin », dans la collection Percevoir chez La Martinière, gagne à être consulté en commençant par la fin. Le texte de François Durif, à travers l’exposé des émotions qui l’ont traversé lorsqu’il travaillait à proximité de la mort, place des pointillés pour guider le lecteur-spectateur dans le déchiffrage des photos constituant le livre. Simon Baker, quant à lui, propose le regard plus technique du directeur de la Maison européenne de la photographie qui est le sien pour resituer le travail de Thomas Sauvin dans la perspective de l’évolution de l’art moderne. Ces deux outils ne sont pas de trop pour rendre notre regard plus réceptif – et sans doute pertinent – à ces images sauvées des années 1985 à 2005 à Pékin. De la même façon qu’il les a « adoptées » pour leur redonner une vie à laquelle leurs auteurs ne les invitaient pas, il nous revient de feuilleter ce livre d’images anonymes avec pour légende le fait que l’image a été colorisée a posteriori ou non, rarement une mention technique (comme « sac de négatifs », « manuel d’auto-défense » ou « rapport médical », par exemple). De nom, il n’y en a qu’un seul, celui d’une acrobate, Huang Shuying. C’est dire combien le spectateur est convié à prêter une vie et une histoire à ce qui est représenté comme au contexte qui a entouré la prise de vue.
Et cela fonctionne. Derrière chaque regard, chaque attitude, chaque objet, en noir et blanc comme en couleur ou colorisé, se cache un mystère que l’on cherche à percer ou à habiller. Ces clichés sont les témoins involontairement objectifs d’une époque, d’une vie quotidienne, d’une recherche qui nous invitent toutes à un dévoilement en même temps qu’à un achèvement. Ici, le spectateur ne se contente pas de recevoir l’œuvre, il la complète en fonction de la façon dont il la ressent.
Pierre FRANÇOIS
« Thomas Sauvin », avec un texte de François Durif. Éditions de La Martinière, collection Percevoir, 17 x 24 cm, 128 pages, 20,90 €, ISBN 978-1-0401-1114-6.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *