Musique : « ABC d’airs », 26 lettres et quatre musiciennes pour un concert insolite sur une idée d’Anne Regnier au Lucernaire, à Paris.

Comique musical. « ABC d’airs », c’est une bande d’amies, toutes musiciennes professionnelles de haut niveau qui, à l’initiative d’Anne Regnier – ici au hautbois et au cor anglais – ont décidé de faire connaître la musique classique – de préférence contemporaine, ce n’est pas incompatible – avec humour et fantaisie. Ces deux dernières caractéristiques nécessitaient la…

Théâtre : « Mon Lou » au Lucernaire, à Paris.

Amour et guerre, par Clara. 1914. Mobilisation générale. La France est en guerre. Le Polonais Apollinaire fait sa demande de naturalisation pour s'engager auprès des soldats français. L'offensive allemande menace Paris et en attendant l'issue de ses démarches administratives, Apollinaire part pour Nice où résident plusieurs de ses amis. Là, il fait la connaissance d'une…

Théâtre : « Miss Nina Simone » au Lucernaire, à Paris.

Fin d’une icône, par Clara. On apprend beaucoup de choses sur le passé et la vie de Nina Simone dans cette pièce, adapté du livre de Gilles Leroy. Cette grande artiste, dont tout le monde connaît les standards : « Don't let me be misunderstood » (la version du groupe The animals obtient un grand succès), Le…

Théâtre : « Mon Lou », adaptation des « Lettres à Lou » et « Poèmes à Lou » d’Apollinaire au Lucernaire, à Paris.

Amour enflammé. Qui donc était Lou ? Pour André Rouveyre, peintre et dessinateur de presse qui les connaissait tous les deux (mais était plutôt ami d'Apollinaire que de Lou, alias Geneviève Marguerite Marie-Louise de Pillot de Coligny, dite Louise de Coligny-Châtillon), elle était « spirituelle, dégagée, frivole, impétueuse, puérile, sensible, insaisissable, énervée, un peu éperdue en…

Théâtre : « Guérisseur », de Brian Friel au Lucernaire, à Paris.

Balade irlandaise. « Guérisseur », du « Tchekhov irlandais » Brian Friel, est présenté comme se situant « entre l’absurde et l’essentiel ». C’est cela, et pas seulement. C’est, en premier lieu, la fragilité du témoignage et du souvenir. C’est, en bonne pièce irlandaise, la rugosité de la pauvreté et de la solitude. Celle du guérisseur charlatan itinérant comme celle des…