Théâtre : « Du bonheur de donner », de Bertolt Brecht au Théâtre du Lucernaire, à Paris.

Quelle voix !
Dans « Du bonheur de donner », Ariane Ascaride reprend des poèmes de Brecht soutenus à l’accordéon par David Venitucci. Le dispositif scénique est le même que pour « Il y aura la jeunesse d’aimer » : deux tabourets hauts côte-à-côte face au public. La voix de la comédienne est enveloppante, envoûtante même, et c’est presque le danger : pour peu que l’on soit fatigué et que l’on se laisse bercer par les poèmes de Brecht, on risque le décrochage.
Le texte est d’une grande actualité – quand il parle des immigrés – ou d’une vérité éternelle – quand il aborde la question de l’exploitation des femmes. « À toute créature, il faut l’aide de tous » est le refrain qui relie tous les textes. Les allitérations et assonances sont fréquentes. On reste confondu par la façon dont Ariane Ascaride fait ce qu’elle veut de sa voix et s’en sert pour exprimer toutes les émotions possibles ; rien que pour cela, il faut aller voir ce spectacle.
Pierre FRANÇOIS
« Du bonheur de donner », de Bertolt Brecht. Avec Ariane Ascaride et David Venitucci à l’accordéon. Collaboration artistique Patrick Bonnel. Du mardi au samedi à 19 heures, dimanche à 16 heures jusqu’au 5 mars au Théâtre du Lucernaire, 53, rue Notre Dame des Champs, 75006 Paris. https://www.lucernaire.fr/theatre/du-bonheur-de-donner/

Photo : Yves Poey.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *