Livre : « Décarcérer, cachez cette prison que je ne saurais voir », de Sylvain Lhuissier, aux éditions Rue de l’échiquier.

Éclairant.
L’auteur de « Décarcérer, cachez cette prison que je ne saurais voir » est un scientifique, cela se sent. En moins de cent pages et presque autant de renvois en notes correspondant aux chiffres et données qu’il avance, il dresse l’état des lieux de l’univers carcéral, pose la question de son efficacité et met en avant les solutions alternatives déjà en place ailleurs.
Heureusement, son livre a pour lui d’être vivant et d’accrocher le lecteur. Qui n’a pas déjà vécu un de ces repas familiaux – car telle est la trame de son ouvrage – lors desquels chacun est prêt à écharper l’autre tant les passions sont fortes et les préjugés ancrés ?
On se laisse prendre par la verve documentée – l’auteur fait partie du Genepi – de sa plume de l’entrée au dessert et on reste étonné de ce qu’un bilan si négatif (la France a plusieurs fois été condamnée pour les conditions de vie dans ses prisons) ne provoque pas de sentiment de désespoir ou d’impuissance chez le lecteur. C’est que Sylvain Lhuissier a aussi ce talent de ne pas entrer en polémique et de proposer après avoir démontré.
Quelles que soient les idées qui sont les nôtres au sujet de la prison (et des prisonniers), ce livre est une source documentaire incontestable et actualisée ; libre à nous ensuite d’en penser ce que nous voulons, mais à partir de faits vérifiés.
Pierre FRANÇOIS
« Décarcérer, cachez cette prison que je ne saurais voir », de Sylvain Lhuissier. Éditions Rue de l’échiquier, 12, rue du Moulin Joly 75011 Paris, www.ruedelechiquier.net. Collection Les Incisives, 128 pages, ISBN 978-2-37425-226-1, 10 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *