Théâtre : « Le Nez » de Gogol, par la compagnie « La Voix des plumes ».

« Le Nez » de Gogol est une fantaisie loufoque très bien jouée. Ce dernier point n’est pas étonnant : c’est la troupe de Ronan Rivière – qui a déjà admirablement joué « Le Roman de Monsieur Molière », « Le Double » ou « Le Revizor » – qui la donne. On ne sait si on doit admirer plus la façon dont le décor a été conçu, entièrement modulable et aussi évocateur quelle que soit sa disposition ou le talent des comédiens, à commencer par Alexandrine, spécialement lors de sa tirade (un chef-d’œuvre d’incitation à la misogynie) demandant à son fiancé de l’aider à retrouver un nouvel amant dont elle sait d’instinct qu’il lui était destiné depuis toujours. La musique mérite autant d’éloges, qui souligne chaque changement d’humeur avec autant d’efficacité que de discrétion. Bref, on ne s’ennuie pas un instant dans cette histoire de major qui au réveil s’aperçoit qu’il a perdu son nez, ce dernier se promenant en ville en grossissant à vue d’œil.

Oui, cet article paraît en retard, ce qui est complètement contraire à la ligne de ce site et son auteur en demande autant pardon aux comédiens qui n’ont pas démérité qu’aux spectateurs ainsi privés d’un spectacle magnifique. Reste l’espoir d’une reprise ; alors, quand elle se produira, courez-y !

Pierre FRANÇOIS

« Le Nez », d’après Gogol. Avec Laura Chetrit, Michaël Giorno-Cohen, Ronan Rivière, Jérôme Rodriguez, Jean-Benoît Terral, Amélie Vignaux et (au clavecin et orgue) Olivier Mazal. Musique : Léon Bailly. Adaptation : Ronan Rivière. Scénographie : Antoine Milian. Costumes : Corinne Rossi. Lumières : Marc Augustin-Viguier.

Photo : Gely.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *