Théâtre : « Et maintenant… ? », d’Eirin Forsberg et Gilles La Carbona à la Manufacture des abbesses, à Paris.

Se reconstruire.
« Et maintenant… ? » n’est pas une pièce comique, ce qui dans le contexte ambiant est un léger handicap. A-t-elle d’autres défauts ? Un seul : au tout début, lorsque la comédienne surgit des coulisses, elle est encore en train d’enfiler son personnage. Mais une fois sa – courte – cavalcade terminée, tout est en place, et le reste jusqu’à la fin. Ce qui est très fort, eu égard au fait qu’on a là affaire à un spectacle solo.
Le thème, qui est hélas d’une banalité dramatique, accroche le spectateur et le tient en haleine. Comment cette mère célibataire a-t-elle pu se convaincre que celui qui la manipulait, parfois jusqu’à la violence, avait des qualités et qu’elle pourrait l’aider à s’en sortir ? Les réponses faciles (l’instinct maternel, le fait de se croire faite pour être l’infirmière de l’autre) sont évitées. Sans doute parce que la pièce est en partie autobiographique. À la place, le spectateur plonge avec le personnage dans ses remises en cause sur fond de difficultés administratives et d’éducation la plus positive à donner malgré un contexte négatif et conflictuel.
Mais le propos ne s’arrête pas là. Sans faire dans la psychanalyse de comptoir, il évoque délicatement l’existence d’un passé logé au tréfonds d’une des caves du subconscient. On n’en saura pas plus, mais la question de la transmission des traumatismes est posée, donc par conséquent celle de la transmission du sien à ses enfants. En élargissant ainsi le propos, la pièce prend une réelle dimension philosophique. Mais sans en avoir l’air, car elle reste tout au long du spectacle, l’exposé d’une vie dans laquelle bien des femmes – mais aussi des hommes – peuvent se reconnaître.
Du point de vue de la mise en scène, le parti pris a été celui de la boîte noire, les changements d’éclairage – suffisamment discret pour ne pas troubler le propos, suffisamment explicites néanmoins – tiennent lieu de transition entre les scènes et les contextes. La comédienne a su doser son énergie pour éviter le surjeu ou le passage en force et rester sans cesse dans l’authenticité d’une vie rendue trépidante, à la limite du nerveusement supportable, par les circonstances. Ce genre de vie qui, une fois l’épreuve passée, nous fait regarder en arrière en réalisant toutes les forces qui étaient en nous et que nous ne soupçonnions pas.
Pierre FRANÇOIS
« Et maintenant… ? », d’Eirin Forsberg et Gilles La Carbona. Avec Eirin Forsberg. Mise en scène : Philippe Sollier. Du mercredi au samedi à 19 heures jusqu’au 21 novembre à la Manufacture des abbesses, 7, rue Véron, 75018, métro Abbesses, Blanche, Pigalle. Tél ; 01 42 33 42 03, manufacturedesabbesses.com

Photo : Pierre François.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *