Livre : « Le roman de La Luna », par Christophe Mory, aux éditions L’Harmattan.

« Le Roman de La Luna » est un livre passionnant qui se lit facilement. Certes, ce n’est pas du Chateaubriand, mais il nous emporte et, surtout, sait recréer l’ambiance si propre au festival off d’Avignon (pour le in, elle tient en un mot : compassée), avec cette familiarité entre tous, ce bricolage géant, un sérieux professionnel mâtiné d’une sensibilité à fleur de peau, des hasards merveilleux et des occasions qui se perdent, enfin un emploi du temps réglé à la demi-minute près. C’est aussi précis qu’un travail d’horloger ou d’ébéniste avec, à l’arrivée, la même possibilité de rester interdit devant l’œuvre accompli. Ou pas…

L’auteur fait passer toute cette atmosphère à travers l’histoire d’une famille, celle de Domi, Steph, leurs enfants de sang et tous ceux qui ont fait – et font encore – vivre La Luna, ce théâtre original, à la fois à la marge et si proche des comédiens.

On sent sa proximité avec une famille qui n’était pas du sérail, mais qui a eu un flair tel que les succès et les agrandissements se sont enchaînés. On suit la façon dont les uns et les autres s’apprivoisent, transpirent et réfléchissent ensemble pour toujours mieux servir cette assuétude si gratifiante qu’est le théâtre.

On est touché par l’humanité de ce récit qui s’avoue, dès l’abord, parfaitement subjectif. Car il est vite évident que l’auteur fait partie de ces gens qui ne peuvent pas s’empêcher de parler de ceux qu’ils admirent. Mais sans que la moindre emphase ne vienne ternir une description aussi vivante que remarquablement renseignée.

Pierre FRANÇOIS

« Le Roman de La Luna, histoire d’un théâtre d’Avignon », par Christophe Mory. Éditions L’Harmattan, 160 pages, 17,50 €, ISBN 978-2-343-20293-8.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *