Théâtre : « La Fonction de l’orgasme », inspiré de Wilhelm Reich à La Reine blanche, à Paris.

Détonant.
Le titre « La Fonction de l'orgasme » dit vraiment de quoi il est question dans le spectacle. Pas étonnant, la salle de la Reine blanche étant dédiée à la science. Mais la forme de fausse conférence adoptée par la comédienne bénéficie d'une vraie mise en scène qui rend le propos passionnant. Le contraire eut été une surprise, puisqu'on est quand même dans un théâtre.
Le cocktail de ce spectacle est original : le fond part du livre éponyme paru en 1927 en Allemagne puis édité en français d'abord en 1975 (Éditions du nouveau monde) puis en 1986 (L'Arche) et y ajoute des données scientifiques compilées depuis tandis que la forme utilise les ressources du mime, de la danse, du clown et d'une mise en scène aussi précise qu'inventive pour rendre cette conférence réjouissante. De ce point de vue, il y a un cousinage avec le procédé adopté dans « Le Bouton de rose » de Sophie Accaoui il y a quelques mois, même si le style est différent.
Un regret, un seul : les choses n'étant presque jamais répétées, la moindre distraction peut faire perdre le fil d'une transition ou d'une tirade, ce qui est dommage eu égard à la valeur du texte.
Car, en filigrane, l'angle sous lequel le sujet est traité, derrière ses apparences de vulgarisation scientifique et comique, est celui de la recherche du bonheur et de la beauté de l'amour. Il se révèle pleinement lors de la chute du spectacle sous la forme d'un acte de foi tout à fait touchant dans un domaine où rares sont ceux qui osent sortir d'une description mécaniste des choses. Non seulement ce spectacle est drôle, mais il est aussi profond.
Pierre FRANÇOIS
« La Fonction de l'orgasme », inspiré par les écrits de Wilhelm Reich. Une recherche théâtrale de Didier Girauldon, Constance Larrieu et Jonathan Michel. Avec Constance Larrieu. Mise en scène : Didier Girauldon et Constance Larrieu. Vidéo (réussie, une vraie œuvre à elle seule) : Jonathan Michel. Lumières : Stéphane Larose. Son et musique : David Bichindaritz. Costumes : Fanny Brouste. Du mardi au samedi à 20 h 45, dimanche à 15 heures jusqu'au 18 mai (sauf le 18 mai, à 19 heures) au théâtre de La Reine blanche, https://www.reineblanche.com/

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>