Théâtre : « Un Tango en bord de mer » au Théâtre du Petit Montparnasse à Paris

Avis de houle, mer agitée. Par David Westphal.
L'amour est bien universel. Il s'adresse à tous de la même façon et se moque bien des problèmes de «genre». Voilà sans doute le principal credo d'Un tango en bord de mer, remarquable pièce de Philippe Besson, reprise au Théâtre du Petit Montparnasse. Moment de théâtre où chacun, bien au delà toute communauté, devrait se retrouver.
Deux hommes qui se sont aimés se retrouvent, par un hasard douteux, au bar d'un hôtel confortable de bord de mer. Dans une atmosphère feutrée, propice aux confessions, ils démêlent alors le fil de leur passion tempétueuse.
Philippe Besson, transpose sur scène l'agilité de plume qu'on lui connaît en littérature (Son Frère ; Un Garçon d'Italie) et nous livre un texte savoureux, glissant ici et là quelques perles et aphorismes de son cru sur la difficulté d'aimer «bien», le si fragile équilibre de la relation amoureuse ou les joies de l'écriture.
Si le texte met en scène deux hommes, il n'est en rien un manifeste de la cause homosexuelle. Bien au contraire, et c'est peut-être ce qui le rend remarquable et l'inscrit dans notre XXIème siècle. Il banalise, s'affranchit de «l'historique» Cage aux folles et de l'exubérante Gay Pride et démontre combien, quelles que soient nos amours, les joies et les peines sont communes et partagées. On pourrait sans doute, sans changer une virgule, mettre les mots de la pièce dans la bouche d'un homme et d'une femme mais alors, curieusement, elle y perdrait de son sel ! À méditer.
Les comédiens Jean-Pierre Bouvier et Frédéric Nyssen jouent merveilleusement l'un pour l'autre : tour à tour fragiles ou querelleurs, ils nous embarquent dans leur face à face chaloupé. La mise en scène de Patrice Kerbrat et les lumières de Laurent Béal leur offrent de beaux moments «en solitaire» pour nous livrer le très intime, le fond de la pensée, le vrai langage du cœur.
Montez vite à l'assaut du Petit Montparnasse, la joute y est de qualité et les vents, porteurs d'humanité.
David Westphal
« Un Tango en bord de mer », de Philippe Besson. Mise en scène : Patrice Kerbrat. Avec : Jean-Pierre Bouvier et Frédéric Nyssen. Décor et costumes : Edouard Laug. Lumières : Laurent Béal. Du mardi au samedi à 19h, matinée le dimanche à 15h30 au Théâtre du Petit Montparnasse, 31, rue de la gaieté 75014 Paris. Réservations : 01 43 22 77 74.

Photo : Véronique Vercheval.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>