Théâtre : Faim… poème du Petit Poucet à la Manufacture des Abbesses

«  Faim… poème du Petit Poucet  » est une reprise du célèbre conte de Perrault selon un angle inhabituel et dans un style particulier. Alors que chez l’auteur du XVIIe siècle la famine n’est que la cause qui permet au récit de se déployer et de montrer la sagacité du benjamin, elle devient ici l’élément central de la pièce. De même, le conte prend ici un ton original et attrayant, mêlant les tournures du vieux françois («  je suis résolu de les mener perdre  »  : on a affaire à un auteur spécialiste du Moyen Âge) avec une trame contemporaine, voire des allusions à l’accent des banlieues ou au rap. Les tournures poétiques – tel aller «  au bord de la nuit  » pour dire qu’on sort de la maison – sont régulières.
Le résultat ne se fait pas attendre  : le jeune public – la pièce est prévue pour des enfants à partir de sept ans – marque régulièrement son intérêt, son dégoût ou son approbation. De ce fait, même si le texte est entièrement écrit (il est même publié) et respecté, les comédiennes – qui font toutes deux preuve du même talent de conteuse – adaptent le rythme de leur jeu aux réactions de leur public, ce qui explique les quelques ralentissements qu’on peut éventuellement y déceler. Enfin, la mise en scène met si bien le texte en valeur qu’on croit qu’auteur et metteur en scène ne sont qu’une seule et même personne  !
Bref, on tient là une pièce très intéressante en ce qu’elle donne envie de mieux connaître une œuvre de notre patrimoine en l’adaptant par le haut, montrant ainsi que la beauté de la langue est de toutes les époques, y compris de la nôtre.
Pierre FRANÇOIS
«  Faim… poème du Petit Poucet  », de Sylvie Nève. Conte cruel et culinaire à partir de sept anhs. Avec Marion Amiaud et Sarah Gautré. Mise en scène  : Marie Ballet. Le mercredi à 14 heures et le samedi à 15 heures en période scolaire, les jeudis et vendredis à 15 heures pendant les vacances, jusqu’au 12 juillet à la Manufacture des Abbesses, 7, rue Véron, 75018 Paris, tél.  : 01 42 33 42 03.

Photo : Cie Les Filles de l’ogre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *