Théâtre : « Nina et les managers », de Catherine Benhamou au 100 Établissement Culturel Solidaire, à Paris.

Glaçant et si humain.
« Nina et les managers » fait partie de ces pièces qui marquent. Autant par le talent déployé que par la cruauté du thème. La scène d’exposition pose d’emblée l’ambiance glaciale de la situation à travers des éclairages froids, une chorégraphie mécanique et des dialogues stéréotypés. On est dans une entreprise et, dans cette entreprise-là, ce sont les chiffres qui commandent. Alors, quand elle embauche une comédienne, ce n’est pas pour l’amour de l’art…
Le seul art auquel le dirigeant s’exerce – avec moins de bonheur que de cynisme – est celui de la séduction. Cette dimension introduit une note comique (le pauvre homme serait bien incapable d’être sentimental) qui permet au spectateur de ressentir une touche humaine derrière ce jeu d’aide à l’échec.
Les comédiens sont parfaitement justes dans leurs rôles, qu’il s’agisse de personnages qui dissimulent leurs fractures ou acceptent de les montrer. La mise en scène est au-delà de l’efficacité, elle est parlante en elle-même. Le rythme est complètement maîtrisé.
Le coup de poing final est donné en dehors de la salle, lorsque l’on apprend que l’auteure a vécu la situation…
Pierre FRANÇOIS
« Nina et les managers », de Catherine Benhamou. Avec Renaud Danner, Violaine Fumeau, Adèle Jayle, Adrien Michaux. Mise en scène : Ghislaine Beaudout assistée de Désirée Olmi. Scénographie : Clara Georges Sartorio. Vidéo : Sébastien Sidaner. Lumières : Raphaël Bertomeu. Création sonore : Vincent Guiot. A 20 h 30 jusqu’au 25 avril au 100 Établissement Culturel Solidaire, 100, rue de Charenton, 75012 Paris, Tél. +33(0)1 46 28 80 94, https://100ecs.fr/nina-et-les-managers-de-catherine-benhamou/, https://100ecs.fr/contact/, métro Ledru-Rollin.

Photo : Joseph Banderet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *