Théâtre : « Orchestre Titanic » de Hristo Boytchev au Théâtre de l’aquarium à Paris.

Conte burlesque.
« Orchestre Titanic » est une pièce écrite par Hristo Boytchev – écrivain bulgare traduit ici par Iana-Maria Dontcheva – en 2002 au moment où son pays demande à entrer dans l'Union Européenne. Du coup, certains y voient une pièce à clef (les trains de la prospérité qui ne s'arrêtent jamais, l'ours soviétique pas si mort que cela…), mais l'auteur combat cette vision. Il explique qu'il a écrit ce texte intuitivement, dans une démarche purement poétique. Le train, par exemple, représente pour lui le rêve éternel des hommes et son spectacle aborde les questions de la solitude et des raisons de vivre. Il fait remarquer que, dans le contexte slave de la Russie, personne n'a monté sa pièce sous un angle politique dans la mesure où le théâtre russe s'intéresse d'abord à l'analyse de l'âme humaine. Il voit son écriture à la fois comme poétique et ouverte – par exemple, il ne sait pas pourquoi ni où les gens ont disparu – de sorte que le spectateur – et, en amont, le metteur en scène – peut compléter son propos par ce à quoi il est lui-même sensible.
À l'évidence, Philippe Lanton a été touché par la dimension onirique de l'auteur. En effet, si la mise en scène de ce spectacle qui avait eu lieu en 2008 par Mustapha Aouar à Gare au théâtre insistait sur le contexte d'isolement de ces abandonnés de la société, celle actuellement proposée va dans le sens de l'interrogation sur la limite entre l'illusion et la réalité.
Et ne donne pas de réponse. Pour autant, on ne se sent pas abandonné en rase campagne. Au contraire, on est accompagné tout au long du spectacle dans les méandres de ces différentes façon de rechercher le bonheur. Le jeu est parfaitement crédible, jusque dans l'irrationalité des événements qui ponctuent la pièce. Les personnages sont vrais, tout juste peut-on regretter que les masculins aient tous une existence sociale à travers un ancien métier tandis que la femme n'est que celle d'un homme (ce qui n’apparaît pas de façon évidente, hormis le fait de sortir de la même tente de ce dernier) priée de faire semblant d'être enceinte. On tient là un spectacle philosophico-burlesque qui sait à la fois dérouter et enrichir l'imaginaire et la réflexion du spectateur.
Pierre FRANÇOIS
« Orchestre Titanic », de Hristo Boytchev. Avec : Bernard Bloch, Olivier Cruveiller, Philippe Dormoy, Christian Pageault, Evelyne Pelletier. Mise en scène : Philippe Lanton. Du mardi au samedi à 20 heures, dimanche à 16 heures au Théâtre de l'aquarium, Cartoucherie, route du champs de manœuvre, 75012 Paris, métro Château de Vincennes + navette gratuite, tél. 01 43 74 9 61, www.theatredelaquarium.com
Le 21 janvier a lieu une rencontre avec l'auteur à l'issue de la représentation.
Tournée : 24 janvier à la Ferme de bel-ébat, théâtre de Guyancourt ; le 14 mars au Théâtre Jean Vilar de Suresnes. En attendant d'autres dates…

Photo : Pierre François.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *