Théâtre : «Mon Cœur pour un Sonnet».

Chez les critiques dramatiques, une collègue versifie pendant les spectacles : Béatrice Chaland. Elle a la bonté de nous fournir régulièrement les poèmes publiés sur son site : https://bclerideaurouge.wordpress.com. Paraissent ici les spectacles qu’elle a notés au moins 3 / 5, surtout pendant les festivals d’Avignon, histoire de nous faire oublier que nous en sommes privés cet été.

Veuve noire, elle virevolte en la forêt
De bois mort constituée de dix tabourets.
Un duo qui s’élève sur les marche-pieds,
Mêlant Amour et Mort par degrés et paliers.

Quand tombe le voile pour des couleurs plus claires,
La scène se pare d’un halo de lumière
Où dansent les corps dans la joie qui les éclaire …
Et leur peau
Colle aux mots
Des héros
Qui vibrent dans le «Paradis du Lucernaire».

De l’escalier au balcon, frémissent les chants
Qui naissent du décor constamment se mouvant
Au gré des désirs chargés d’une poésie
Soulignée par la musicalité saisie.
Frappés de beauté animale et souveraine,
Leurs mouvements revêtent, du monde, la peine.

Ce spectacle complet allie trois disciplines
Qui s’épousent étroitement, de façon divine,
Comme la rose s’entoure de ses épines.
Des instants de grâce à la féerie câline.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com

D’après vingt-trois sonnets de William Shakespeare. Chorégraphie, Jeu, Mise en scène Aurélie Barré et Sébastien Amblard. (Paris, 08-05-2019, 19h00).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *