Théâtre : «Le Souper».

Chez les critiques dramatiques, une collègue versifie pendant les spectacles : Béatrice Chaland. Elle a la bonté de nous fournir régulièrement les poèmes publiés sur son site : https://bclerideaurouge.wordpress.com. Paraissent ici les spectacles qu’elle a notés au moins 3 / 5, surtout pendant les festivals d’Avignon, histoire de nous faire oublier que nous en sommes privés cet été.

L’impétueux et rigide Duc de Fouché,
Droit dans ses bottes, ne veut se laisser faucher
La primeur d’une vraie victoire à l’arraché,
Face à un glacial et cynique Talleyrand.

Fouché, le chef du gouvernement provisoire,
Dévore à belles dents, repas, rival d’un soir ;
Talleyrand, l’ancien chef de la diplomatie
De Sa Majesté, perçoit les nuances, aussi
Minimes soient-elles et les exploitent à l’envi.

Sacrée lutte entre deux esprits vifs, opposés,
Qui, afin de vaincre l’autre, vont tout oser
Pour que chacun puisse, ses idées, imposer.
«Deux heures pour trouver un régime à la France»,
Temps imparti pour mesurer leurs différences
Dans un affrontement brillant d’intelligence.

«Nous sommes gens à nous parler» (…) «à demi-mots»…
Dialogue où pas une parole n’est de trop.
«Je l’ai trouvé creux» (…) «il n’est plein que de lui-même»…
Ainsi court la joute oratoire que l’on aime.

Ton rigide sous lequel perce la menace
Quand, devant lui, l’autre nullement ne s’efface.
C’est un précieux «Souper» où règne l’éloquence
D’un discours calculé, peaufiné d’arrogance.

Mets raffinés, enrobés de lente distance
Qui favorise d’autant mieux la pertinence
De mots couverts d’élégance et d’impertinence.
Collier de paroles agréablement serties
Dans un savant écrin superbement servi.

«Plus les temps sont troublés, plus l’amitié est précieuse»,
Mais la façon de l’envisager, fort capricieuse.
«Egaux dans l’exécution et la trahison» …
L’intrigue pour l’Etat affûte la raison.

«On n’a qu’une parole, il faut donc la reprendre».
«Bonnes manières et politesse» à s’y méprendre,
Dans un habile jeu où deux très grands acteurs
Immortalisent l’Histoire, d’une hauteur
Vertigineuse, pour notre plus grand bonheur.
«Théâtre des Gémeaux», ils nous font cet honneur !

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com

De Jean-Claude Brisville. Mise en scène, Interprétation : Daniel Mesguich (Talleyrand), William Mesguich (Fouché). Par la «Compagnie Miroir et Métaphore». (Avignon, 24-07-2019, 19h30).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *