Théâtre : « La Question », de Henri Alleg en tournée.

« La Question » est un texte brut. Le premier jet d’un témoignage-reportage, l’auteur ayant été arrêté et torturé parce que journaliste. Le spectacle se concentre sur ses face à face personnels avec ses bourreaux, sur les propos tenus et pratiques engagées à son encontre. Rien n’est édulcoré, mais le texte reste néanmoins plus vivant – on hésite à écrire « humain » – que « Quatre heures à Chatila », de Jean Genêt.
C’est tout cela qui est magistralement incarné par le comédien, seul sur un plateau nu ne comportant pour seul décor qu’un rideau mobile de fond de scène. Peu de déplacements, une gestuelle réduite au strict minimum, mais une diction qui, sans emphase particulière, fait vivre une réalité historique. Fut-elle aussi celle personnelle de l’intéressé, ce que les personnes qu’il dénonce nient quand elles ne disent pas qu’il a parlé, le débat n’est pas là.
Il est plus dans la manière dont une institution a su se transformer en machine à déshumaniser ses propres membres, les poussant à ne plus voir l’humanité de l’ennemi.
Il est dans la façon dont, aujourd’hui, il s’agit d’arriver à panser des plaies mal refermées des deux côtés de la Méditerranée.
Il est surtout, pour ce qui concerne l’art dramatique, dans la reconnaissance du fait que quelle que soit la position intellectuelle adoptée, le talent du comédien est exceptionnel de vérité. Certes, il s’appelle Stanislas Nordey mais (qu’il pardonne à l’auteur de ces lignes cette outrecuidance) le principal est plus dans ce qui émane de la scène que dans l’identité de ceux qui l’occupent.
Ici, et la répétition est volontaire, on est face à une réalité exceptionnelle servie avec un talent exceptionnel qui parvient à faire exploser l’intensité dramatique à l’aune de la sobriété des moyens employés, et ce, sans que l’on voie le temps passer.
Pierre FRANÇOIS
« La Question », de Henri Alleg (Les Éditions de Minuit). Mise en scène : Laurent Meininger. Avec Stanislas Nordey . Du 8 au 10 mars au Quartz – Scène nationale, Brest / Théâtre du pays de Morlaix, les 17 au 18 mars au théâtre Le Granit – Scène nationale de Belfort, du 22 an 26 mars au Théâtre 14 – Paris, le 29 mars à l’Archipel, théâtre de Fouesnant, en été 2022 au Théâtre national de Strasbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *