Théâtre : « Lisa et moi », de et par Laurent Brouazin au théâtre Essaïon, à Paris.

Hypnotique.
« Lisa et moi » est un spectacle difficilement classable. Spectacle solo, oui. Conférence par un ancien guide, notamment au Louvre, oui, mais pas seulement dans la mesure où il fait preuve d’une vitalité renouvelée à chaque minute. Comportant une dimension spirituelle, puisque le fil conducteur de ce spectacle tient dans la phrase : « Apprenez à regarder. Comprenez que chaque chose est reliée. Tout est relié à tout. » (et tous à tous). On ne le remarque pas d’emblée, cet axiome, qui devient ensuite un refrain discret. Car le comédien commence par nous appâter avec des anecdotes : l’attitude du public devant Mona Lisa, qu’il incarne, ses voyages, le débat quant à l’identité du modèle, les mœurs du maître… Petit à petit, on en vient aux autres travaux de Léonard de Vinci, projections (magnifiques) à l’appui. Pour aboutir à cette interrogation d’ordre spirituelle : pourquoi Marie et Anne arborent-elles le même sourire que la Joconde dans ce tableau où elles voient Jésus enjambant un agneau, autrement dit accepter son sacrifice futur ? Et pourquoi encore ce même sourire retenu, mystérieux, sur la face de son saint Jean-Baptiste ? La question mérite d’autant plus d’être posée que ce sont là les trois tableaux qu’il a emportés en France lors de son dernier voyage. Même si le comédien choisit de stationner au milieu du gué : « J’ai un problème avec Dieu… Enfin, pas avec Dieu… Avec le mot Dieu… Pour parler de « quelque chose de plus grand que moi », j’ai besoin d’un autre mot qui soit libéré de toutes ces croyances qui disent toutes détenir la vérité, et qui sont toutes dirigées par des hommes… Je pourrais dire Nature. Je pourrais dire Vie… Mais le mot que je préfère c’est… Univers, avec un U majuscule ». 
L’interprétation oscille en permanence entre l’identification quasi clownesque avec le modèle et la leçon de philosophie dissimulée derrière une érudition non moins réelle en histoire de l’art. Autrement dit, quel que soit l’angle sous lequel on aborde ce travail, il est passionnant.
Pierre FRANÇOIS
« Lisa et moi », de et par Laurent Brouazin. Jeudi à 19 h 45, vendredi et samedi à 21 h 30 jusqu’au 12 janvier 2019 à l’Essaïon, 6, rue Pierre au lard (à l'angle du 24, rue du Renard) 75004 Paris, métro Hôtel-de-Ville ou Rambuteau, RER Chatelet-Les-Halles, tél. 01 42 78 46 42, www.http://www.essaion-theatre.com/spectacle/770_.html

Photo : Pierre Francois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>