Théâtre : « Stavanger », d’Olivier Sourisse, au Studio Hébertot , à Paris.

Fantastique, par Camille Lextray.
Le pouvoir de l’imagination est prodigieux. Il suffit de peu de choses pour nous faire croire en tout. Stavanger en est l’illustration parfaite. La pièce est très ambitieuse, l’exercice est périlleux car on touche au fantastique. Il est difficile de parler de cette œuvre sans trop en dévoiler. Elle se présente comme une énigme ; des indices sont parsemés tout au long de la représentation et laissent le spectateur dans une réflexion où il essaye de faire concorder les éléments et d'assembler les morceaux à la tombée du rideau. Les personnages sont captivants et l’identification est immédiate. L’histoire est celle de deux inconnus qui se rencontrent sur un quai de gare. Cependant, on reste loin des clichés romantiques. L’homme est allongé sur les rails et la femme le convainc de se relever et de la suivre chez elle. Nous nous retrouvons dans l’appartement de la femme. Petit à petit, les personnages vont se dévoiler, le langage est mystérieux et la pièce se construit comme un thriller. Le suicide n’est pas une volonté de mourir ici, mais un appel à l’aide. Ainsi, malgré la tonalité morbide que peut avoir la pièce, les deux personnages jouent, s’amusent, la pièce est drôle. Une vraie connexion se crée entre les protagonistes, leur humanité est touchante, leurs silences sont intrigants, leurs paroles sont déroutantes. Il est surprenant de voir cela au théâtre et grandement rafraîchissant. Un film aurait pu traiter aisément la pièce grâce aux artifices qu’il permet. Ici, le théâtre reprend ses droits et montre que ses moyens restent amplement suffisants pour tout représenter. L’émotion n’en est que plus forte, les sensations paraissent plus réelles que devant un écran froid. La saveur de la pièce est en partie due au fait que l’on décide d’y croire, de ne plus voir la scène mais de se penser dans la même pièce que les comédiens, qui eux-mêmes ne sont plus comédiens mais de véritables personnes. À tous les amoureux du théâtre et à tout ceux qui considèrent ce genre désuet, rendez-vous au studio Hébertot pour vivre cette belle expérience. 
Camille LEXTRAY
« Stavanger », d’Olivier Sourisse. Avec : Sylvia Roux et Thomas Lempire. Mise en scène : Quentin Defalt. Collaboration artistique : Alice Faure. Scénographie : Agnès de Palmaert. Lumière : Olivier Oudiou. Création sonore : Ludovic Champagne. Costumes : Mine Vergès. Du mardi au samedi à 21heures et le dimanche à 15 heures au Studio Hébertot, 78 bis, Boulevard des Batignolles 75017, tél. : 01.42.93.13.04, www.studiohebertot.com

Photo : ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *