Théâtre, impro : « Le Dîner », de Joan Bellviure au Théâtre de Belleville à Paris.

Mentir vrai.
« Le Dîner » est une pièce originale et réussie, qui n'est jamais la même chaque soir. Fondée sur une sérieuse dose d'improvisation, elle fait participer le public à sa conception. En effet, lorsque ce dernier entre dans la salle, c'est pour se retrouver sur scène. Une fois tout le monde rassemblé, il est réparti, selon la couleur des billets, autour des différents comédiens. Ceux-ci – deux couples invités par un troisième qui fête son départ, ce thème constituant le noyau du spectacle – demandent alors aux spectateurs de définir leurs caractéristiques : métier, passé, ce qu'ils aiment ou ne supportent pas chez les autres, qui ils ont aimé ou trahi, etc.
Il n'est évidemment pas dit que chaque comédien puisse placer la totalité des consignes qui lui ont été données dans la mesure où il faut que l'occasion de le dire d'une façon apparemment spontanée se présente. Cela donne un spectacle d'improvisation particulier. Dans la mesure où les personnages sont tenus en bride par les desiderata des spectateurs, on peut mesurer assez précisément la part de la forme de celle du fond. On se rend alors compte que si la première est pleine de rythme, le contenu est facilement redondant, histoire de se donner le temps de trouver une accroche dans le jeu du partenaire pour faire avancer l'action tout en respectant les instructions.
Le spectateur se retrouve un peu dans la position de celui qui contemple un dessin en écorché, il connaît (en partie) le dessous des cartes. Pas question alors de se dire que le principal est que tout soit joué y compris l'erreur éventuelle, dont on ne se rend pas compte si elle est rattrapée par une bonne insertion dans le jeu. Au contraire, ce qu'on apprécie alors est la façon dont le comédien qu'on a piloté s'en sort et d'essayer de deviner les consignes qui ont été données aux autres. Il y a là une nouveauté dans le regard, qui rapproche de celui du metteur en scène et fait pénétrer sans s'en rendre compte dans les arcanes de la fabrication d'un spectacle. De ce point de vue, ce spectacle – outre son côté indéniablement divertissant – est également une introduction pédagogique dans le monde du mentir vrai.
Pierre FRANÇOIS
« Le Dîner », conception, direction d'acteur et mise en scène : Joan Bellviure. Avec, en alternance : Joan Bellviure, Jean-Philippe Buzaud, Olivier Descargues, Véronic Joly, Stéphane Miquel, Maria Monedero, Juliet O'Brien, Richard Perret, Jennie-Anne Walker.
Les 13, 14 et 15 décembre, 10, 11 et 12 janvier, 7, 8 et 9 février au Théâtre de Belleville, passage Piver (au niveau du 94, rue du faubourg du temple), 75011 Paris, métro Goncourt ou Belleville, tél. : 01 48 06 72 34, http://theatredebelleville.com/

Photo : Eric Ballot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>