Socio-politique, histoire : Quelle place pour l’animal de compagnie au XVIIᵉ siècle ? Par Camille Delattre, doctorante en littérature à l’université de Lorraine. In The Conversation du 20 septembre 2021.

Camille Delattre, Université de Lorraine Diane, Pompée, Blonde, Florissant. Pyrame, Thisbé, Félimare, Gavroche, Mimi-Paillon, Serpolet… Ces noms, mythiques pour certains, historiques ou surprenants pour d’autres, ont un point commun : ce sont ceux d’animaux de haut rang, les chiens de chasse de Louis XIV pour les premiers et les chats du cardinal de Richelieu pour les…

Livres : Gwerz Denez, par Denez aux éditions Ouest-France (fin).

Réalités profondes et réalité visible.Comment concilier l’exigence d’avoir connu l’événement rapporté avec l’intervention de fées, de korrigans ou de lavandières de nuit aux figures spectrales, pour ne citer que ces êtres ? L’Ankou père de l’Anken (l’angoisse) et de l’Ankoun (l’oubli), personnage qui nous arrive de la nuit des temps et qui a déjà un…

Livres : Gwerz Denez, par Denez aux éditions Ouest-France (suite).

Style de la gwerz et influence sur la littérature écrite.L’influence des gwerz sur la littérature est ancienne : Denez fait remarquer que Tristan et Iseut est l’adaptation de l’une d’elles (« Bran le prisonnier de guerre »), les « Lais bretons » de Marie de France sont la transcription de plusieurs autres, Tolkien avait le Barzaz Breiz…

Livres : Gwerz Denez, par Denez aux éditions Ouest-France (début).

De la gwerz orale au Barzaz-Breiz.Quand on pense à Denez, on entend immédiatement sa voix inimitable, qui rend si bien compte de la complexité de l’âme bretonne à travers le chant de la gwerz, ce mot intraduisible en français qui évoque certes la complainte, mais augmentée de dimensions sacrées, fantastiques et authentiques (l’auteur rapporte un…

Musique : Allain Leprest par Zelva au Théâtre du Nord-Ouest pour le Printemps des poètes.

Poésie des faits divers.Informations pratiques à : https://www.instagram.com/explore/locations/704342532950745/theatre-du-nord-ouest/C’est un spectacle plein de poésie, douceur et délicatesse que donne Zelva. Elle parvient à utiliser les (innombrables) jeux de mots d’Allain Leprest comme autant de tremplins pour restituer une véritable atmosphère. Alors, on se laisse embarquer sans savoir dans quelle humeur cela va nous emmener, mais en confiance.…