Spiritualité : Pèleriner en solitaire de Gijón à Compostelle, méditation (épisode 34).

La pluie surgit ensuite et oblige à se couvrir d’une cape pendant une ou deux heures. Quand elle cesse, le sol ne sèche pas et la température reste basse. Elle revient à la fin du parcours, fine au point de devoir scruter la route pour rester sur son bas-côté. L’arrivée à l’auberge est surprenante : il s’agit de la porte principale de l’abbaye. Quand on sait qu’un des sens du mot « sobrado » est « excessif », on imagine la différence avec les modestes constructions trouvées jusqu’à présent…
À l’accueil, deux moines parlent français, mais c’est l’heure des vêpres. Le grégorien en espagnol est d’une beauté évidente, cette langue étant plus chantante et nuancée que le latin.
Un pèlerin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *