Musique : Outside duo

Ils ont leur univers et aiment composer en piochant dans les musiques irlandaises, pop et rock. Mais ils partagent plus que de la seule musique : une énergie à la fois authentique et canalisée pour mieux toucher le public. Si on en juge par leurs succès récents, le pari est gagné. Au point que leur prochain concert est à Paris.

OUTSIDE_DUO_3_C_Isabelle_Souvet-Echard_-520x347

« Outside Duo », c’est certes un duo celtique, mais beaucoup plus aussi. Ce sont d’abord deux copains qui se connaissent et jouent depuis quinze ans, l’un de la batterie et de la guitare (et cela se ressent sur sa façon rythmée de jouer de ce dernier instrument), l’autre du violon. Ils disent qu’ils n’ont pas fini d’apprendre alors que, sélectionné dès 2007 pour participer au Festival de Cornouaille et au Théâtre du même nom, ils y reviennent en 2012, sont invités à participer à « Talents en scène » en février 2013 et y rencontrent une telle adhésion que les journaux titrent : « Outside duo… et les autres ». Refusant de se poser sur une chaise pour gratter avec application les cordes de leurs instruments, ils ont enfin reçu l’appui d’un des membres du « Quatuor », Laurent Vercambre, pour rendre leur spectacle encore plus visuel et humoristique.

Car il est important pour eux de partager, en plus de la musique, de la joie et de l’énergie. Cela est dû au fait qu’ils sont des musiciens de scène en extérieur : il faut alors savoir capter et garder l’attention du passant qui peut avoir autant envie de musique que de d’aller s’acheter une bière ou de trouver les toilettes, et la musique seule n’y suffit pas.

De l’énergie, ils en ont ! À la fois dans leur musique et dans leur façon de l’offrir. Car ce que Laurent Vercambre les a aidé à canaliser il y a deux ans, c’est tout à la fois des déplacements, une complicité, des postures rock ou charismatiques, une performance, une mise en scène impressionnante, un aspect burlesque… En même temps, il y a eu un souci de rechercher une justesse qui rende compte de ce qu’il sont. C’est en saturant le spectateur d’un fond qui correspond à l’identité du duo et d’une forme bien construite qu’ils arrivent à lui permettre de lâcher prise et de chavirer dans un univers – parfois celui porté par une chanson, parfois celui qu’il se construit à partir d’une autre – différent et plus joyeux que son quotidien. Et le seul message de leur musique est justement qu’il n’y en a pas, parce qu’ils veulent d’abord partager l’instant présent, sa beauté et le dynamisme qu’il porte. Le fait de fonctionner en duo est au service de ce but. Dégager à deux autant d’énergie qu’un quintet est une source supplémentaire d’étonnement et de contentement pour leur public, qui voit bien que ces deux-là ne ressemblent à aucun autre groupe, ni aux traditionnels, ni aux grands ensembles qui rassemblent moult musiciens et utilisent la danse pour rendre encore plus spectaculaire leur prestation. À quelle mamelle musicale se sont-il nourris ? Quand on leur pose la question ils parlent de Lunasa pour l’inspiration irlandaise, mais aussi de Altan, Solas ou Gaelic Storm. Sans oublier Corrs ou Simon et Garfunkel pour le côté pop. Et un hommage à Coldplay, cette « machine à tubes ».

Du fait qu’ils viennent du monde de la musique et non de celui de l’art dramatique, sur scène, ils maîtrisent tellement la partie instrumentale qu’ils peuvent se laisser aller à être dans la récitation de ce point de vue. Par contre, pour la mise en scène, ils restent dans une sorte de cadrage à partir duquel ils adaptent les détails du jeu, ce qui leur permet de rester dans la sincérité puisque, selon les soirs et l’humeur du moment, ils vont s’autoriser à exprimer la même émotion d’une façon ou d’une autre. On le sent déjà un peu dans leur dernier cd « Just playing », mais c’est lors de leurs concerts que cela se ressent vraiment (on s’en rend déjà compte dans leur vidéo sur youtube, c’est dire…). Le prochain est à Paris au Vingtième Théâtre le 12 novembre.

Pierre FRANÇOIS

Notes

Les concerts : « Outside duo, le celtic Two-Men-Show », avec Antoine Solmiac (violon, chant) et Julien Grignon (guitare, chant, violon). Le 12 novembre au Vingtième Théâtre (75), le 22 novembre à la Mjc de Morlaix (29), le 29 novembre au Centre culturel L’Étincelle de Rosporden (29), le 24 janvier au Centre culturel André Malraux à Luisant (28), le 1er mars en première partie de « Soldat Louis » au Centre culturel Cap Caval de Penmarc’h (29), le 7 mars à la salle des fêtes de Bazemont (78), le 22 mars au Centre culturel L’Arthémuse de Briec (29), le 26 avril au Festival Les Anthioises (festival de Wallonie des musiques et cultures celtiques) à Liège (Belgique), les 5 et 6 juin au théâtre de Chartres (28).
Les cd : L’album 2013 est intitulé « Just playing » et distribué par Coop Breizh. Le précédent (2011), intitulé « Route », était auto-distribué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *