Théâtre : «Madame Guillotin».

Chez les critiques dramatiques, une collègue versifie pendant les spectacles : Béatrice Chaland. Elle a la bonté de nous fournir régulièrement les poèmes publiés sur son site : https://bclerideaurouge.wordpress.com. Paraissent ici les spectacles qu’elle a notés au moins 3 / 5, surtout pendant les festivals d’Avignon, histoire de nous faire oublier que nous en sommes privés cet été.

Une veillée mortuaire
Qui, à la bougie, s’éclaire …
Pierrette Dupoyet dénude les mystères
De la Révolution Française et des faussaires.
«Théâtre Albatros», la guillotine s’affaire.

«Passer à une grande échelle», satisfaire
Le bourreau. «Il tue aveuglément, Robespierre» ;
La «clémence» n’est pas dans son vocabulaire.
«Ebouillantés, écartelés, écorchés vifs»,
Il fallait que les supplices soient plus hâtifs.

Les cauchemars que fait Madame Guillotin
Lui ôtent le sommeil jusqu’au petit matin.
Alors, elle découpe une page d’Histoire
En rondelles ensanglantées, comme aux abattoirs.

«Guillotin, l’humaniste et le grand médecin»,
Introduit en France l’instrument du destin.
Les tricoteuses se préparent au grand festin,
Piquant de leur aiguille un mouchoir au sang brun.

La mise en scène glisse l’humour sous la lame
Dégageant la nuque entière qui s’offre au drame.
Passer sous le hachoir, elle y a droit la femme,
Mais siéger dans les tribunes, on la juge infâme.
Brûlante interprétation de ce qui se trame.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com

Texte, Mise en scène, Interprétation Pierrette Dupoyet. Par la «Compagnie des Vents Apprivoisés». (Avignon, 22-07-2019, 14h30).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *