Spiritualité : Vertu et piété, dissimulation et révélation (4).

Chacun utilise le confinement comme il peut. L’auteur de ces lignes, qui avait raté un cours sur le Livre d’Esther, le rattrape en en faisant un compte rendu, très personnel d’abord, puis (largement) inspiré par le site protestant « Théovie » et la revue catholique « Cahiers évangile » (ainsi que son « supplément »)*. Cet article n’étant qu’un (bref) résumé, il est conseillé à ceux qui s’intéressent au sujet de se reporter à ces sources.

La vie suit son cours et le roi nomme un premier ministre, Haman, en précisant que tous les fonctionnaires royaux devront se prosterner devant lui. Mardochée, qui travaille au palais, devrait le faire mais ne s’exécute pas et, après avoir refusé d’en donner l’explication aux eunuques qui ont repéré son manège, finit par leur dire qu’il est juif. Ce que ces derniers s’empressent de faire savoir au premier ministre, sans oublier de préciser son absence de prosternation. Celui-ci, qui n’avait rien remarqué, en devient furieux au point de vouloir exterminer toute la communauté. Profitant des fêtes du Nouvel an, dit Akitu, durant lesquelles la divinité Mardouk fait connaître le destin du pays pour l’année à venir et d’un tirage au sort qui lui est favorable, il sert au roi un discours où il mêle le vrai au faux pour en faire un chef d’œuvre d’antisémitisme : un peuple particulier, dispersé… leurs lois sont différentes, ils n’exécutent pas les lois royales… Pour être sûr d’emporter le morceau, il propose au roi de verser au trésor un dédommagement. Ce dernier, toujours aussi faible, appose la veille de Pessah son cachet sur l’édit ordonnant l’extermination de tous les Juifs du royaume et le pillage de leurs biens.

DISTRIBIL

* Le serveur du site est très lent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *